Test : Langrisser I&II

Qu’elle n’a pas été ma surprise à la découverte de ces jeux que sont la série des Langrisser? Depuis quelques années, le Tactical RPG se résumait pour moi à Fire Emblem, mais aujourd’hui, j’ai appris à voir plus loin que le bout de mon nez. Mais qu’en est-il de ce combo dernièrement porté sur Playstation 4? Réponse dans ce test….

 

Langrisser-I-II_Logo

 

Retour en histoire

 

C’est donc avec beaucoup d’intérêt que j’ai effectuait des recherches sur cette licence qui a su attiser ma curiosité. Langrisser trouve ses origines sur Mega Drive. À l’époque, le premier titre, importé aux États-Unis également, se voit remonté sous le titre  » Warsong  » . Le succès est au rendez-vous, le style de jeu étant plutôt bien travaillé pour cette génération. Celui-ci se verra adapté sur PC Engine et sa sortie sera effectuée en 1993, contre 1998 Sous Windows. Pour ce qui en est du second titre, celui-ci verra le jour en 1994 sur Mega Drive, et obtiendra un portage sur Super Famicom en 1995 sous le nom de Der Langrisser, et paraîtra sous Windows en 1998 également, la même année que lors de la sortie du premier. Au total, cinq titres dont le scénario se suit verront le jour, puis une saga nommée Millennium sortira quelques années plus tard, mais ne sera jamais l’égale directe de la saga originelle. Enfin, deux jeux sortiront par la suite sous Windows sous l’ère du XIe siècle, et en 2015, un titre nommé Langrisser Re : Incarnation Tensei sera dévoilée pour la console portable de Nintendo, à savoir la Nintendo 3 DS. Pour en revenir aux deux premiers titres sortis il y a bientôt 30 ans comme maintenant, une première compilation avait été établie sur Playstation, et voici qu’un nouveau portage nous parvient sur Playstation 4 et Switch, pour notre plus grand bonheur, celui de découvrir ou se refaire deux jeux totalement … parfait! Au lancement de la compilation, le choix sera très simple : premier ou second opus, rien de plus simple. Sachez néanmoins que cette compilation est intégralement en anglais, pour ceux que ça rebute, dommage! Tu passe à côté d’une bête de jeu. À présent, place au premier de ces deux titres…

 

LANGRISSERⅠ&Ⅱ_20200312220818

 

Commençons par ce qui me paraîtra une logique sans faille, et en vous présentant dans un premier temps le titre de base. Tout d’abord, et ce qui a été une belle mise en valeur du jeu, c’est sa manière de débuter. Je t’explique, on te pose de nombreuses questions au lancement de celui-ci pour déterminer le caractère que tu as, et comment les statistiques de ton personnage seront habilitées. J’ai trouvé cela très intéressant, de pouvoir façonner un héros à son « image » , bien que cela reste assez futile, mais c’était pour moi une bonne chose en soi, une bonne première approche disons. Une fois cela réalisée, on y est, le scénario peut débuter. Rien de trop extravagant, si ce n’est que l’on se fait chasser de son chez soi et que l’on doit quitter son château en catastrophe, comme si Ganondorf venait d’arriver avec ses armées sur Hyrule. J’admet qu’au premier essai, je n’ai pas fais attention aux dialogues, j’ai foncé dans le tas et je me suis clairement fait défoncé, mais après quoi, et en faisant attention, et preuve de jugeote, je me suis rendu compte que ce n’était clairement pas un jeu où foncer tête baissée était l’idée du siècle. Après quoi, tu te retrouves donc à enchaîner les chapitres du jeu, qui en soi sont de durée moyenne, bien évidemment courts au début puis s’allongent dans la durée comme tout à chacun, mais ne dépasseront pas une durée extrême non plus, ce qui n’est pas si mal finalement! Autant le dire, il y a des Tactital RPG sur lesquels je me demandais quand j’arriverais au bout car certaines missions étaient extrêmement longues, et même si le jeu était exceptionnel, ça a été mon cas sur Projet X Zone premier du nom : une belle licence mais à un moment, j’attendais de l’avoir enfin fini. Le développement de chaque scénario est basé sur un concept que j’apprécie beaucoup, à savoir que la stratégie de bataille s’organise pendant et aussi avant d’être lancé dans le chapitre. Le choix des unités qui pourront t’accompagner sur le champ de bataille ne sera pas à négliger, bien évidemment, et tu auras la possibilité de pouvoir équiper tes héros comme bon te semble, avec des achats réalisés au store au préalable, ou encore avec des objets que tu pourras trouver sur le champ de bataille, qui s’élèvent en général au nombre de deux par chapitre. En ce qui concerne les héros, chacun aura un arbre d’évolution, et les batailles permettront de collecter ces précieux points attendus pour faire évoluer son héros. À chaque fois, deux possibilités s’offriront à ton héros pour lui permettre d’atteindre une nouvelle classe, mais le but est vraiment de compléter tout l’arbre de son héros pour en faire un monstre du champ de bataille. Et justement, lorsque l’on parle champ de bataille, ce qui m’a vraiment marqué et donné envie d’aller au-delà du premier chapitre, c’est vraiment cette possibilité de pouvoir assister à un champ de bataille en temps réel où l’on voit les unités s’affronter, ou bien accélérer le rythme des déplacements et affrontements, jusqu’à en oublier les cinématiques de combat, qui, à mon égard, sont sympas au début mais font plus perdre du temps qu’autre chose par la suite. Attention, malgré cela, les animations sont très belles et superbement bien réalisées, je ne peux pas dire le contraire. En soi, le premier volet est vraiment une réussite, passons au second sur lequel je ne m’attarderais pas bien longtemps, car les deux se ressemblent énormément, à quelques différences.

 

 

La relève : Langrisser II

 

Tout a été déjà dit dans la rubrique précédente, donc je ne vais pas m’attarder trop longtemps sur celle-ci, mais voici ce qui en ressort principalement. On repart sur un scénario qui donne envie d’être suivi, ce qui avait fait la force du premier en reprenant des bases simples mais solides et drôlement efficaces. En matière de développement, le système de combat se veut dans la même trempe que celui de son grand frère, et l’on y voit une petite différence peut-être dans les unités et leur façon d’être. Cela dit, c’est vraiment un détail qui se repère à peine, du moins pour ma part, et qui ne m’a pas tellement retenu je dirais. Pour moi, on est vraiment dans une suite grandiose et qui reprend tout ce qui a fait du premier titre un chef-d’oeuvre. Ce qui est pour moi l’une des grosses réussites de ce jeu, même si dans le premier opus, on a eu droit à cela aussi, c’est vraiment la bande sa dynamique et entraînante, qui te donne envie de partir à l’aventure et casser des dents en croisant le fer avec les armées qui se présentent à toi. Je n’aurais pas beaucoup de choses à rajouter sur ce jeu. Lancez-vous dans le premier et enchaînez le second direct, c’est la meilleure des choses à faire pour prendre un plaisir sans précédent.

 

 

Conclusion

 

Avant de me lancer dans le test de Langrisser I & II , je ne m’attendais pas à retrouver autant de sensations. J’ai vraiment kiffé ce portage, et je vous invite vraiment à découvrir cette saga qui m’a vraiment donné envie de découvrir les autres opus de celle-ci. Je place clairement cette compilation dans mon top 5 de l’année 2020. J’attends les autres jeux au tournant à présent. Total coup de cœur en tout cas ici.

 

maxresdefault

 

Ma Note : 20/20

J’ai aimé :
– Le Tactical RPG à l’ancienne
– La diversité des classes
– Le scénario des deux opus
– La dynamique et la bande son

Je n’ai pas aimé :
– Rien…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :