Test : Okinawa Rush

Les jeux d’actions en déplacement horizontaux se font de plus en plus rares de nos jours, et le dernier qui a réellement retenu mon attention, à titre personnel, c’était le très bon Street Of Rage 4. Avec Okinawa Rush, on est dans un monde un peu plus ouvert puisque l’on peut revenir sur ses pas, et dans un style vachement rétro. Mais que peut-on attendre de ce type de licence?

Réveillez le dragon qui sommeille en vous

Si vous êtes des amateurs de beat’em all, Okinawa Rush est vraiment le jeu sur lequel je vous invite à vous consacré. Alors que nous avons reçu une clé pour réaliser le test de ce jeu par le biais de Just For Games qui en fait la distribution, l’autre entité distributrice n’est autre que la société PixelHeart. Le jeu a été développé dans les studios Sokaidan. Vous pouvez y jouer sur différentes plate-forme, puisque le jeu est sorti sur PC, PlayStation 4, Xbox One et Nintendo Switch en date du 19 Novembre 2021, après une sortie repoussée et normalement prévue en Octobre 2021.


En terme de scénario, le jeu ne va pas s’envoler très haut, puisque l’on devra choisir entre trois personnages jouables, chacun maître en arts martiaux, pour faire tomber La Mante Noire, un redoutable clan qui sera venu mettre à feu et à sang la pauvre ville d’Okinawa, massacrant ses habitants. Malgré son air de jeu qui aurait pu sortir sur Megadrive 16 bits, le jeu se veut relativement sombre part sa touche graphique et son scénario, ce qui aurait tendance à me rappeler certains Castlevania par exemple, et ça, j’apprécie beaucoup, ça change de l’habituel.


Concernant la jouabilité, j’ai trouvé le jeu très nerveux et bourré de clin d’œil par-ci par-là. J’y ai retrouvé les bases de ce qui fut les précurseurs de la culture asiatique dans le jeu vidéo, entre Double Dragon ou encore Street Fighter, l’animation des combats est incroyablement bien orchestrée. Les mouvements sont hyper fluides, et on sent vraiment la puissance montée au fer et à mesure que l’on avance dans le jeu. Plus l’aventure progressera et plus vous obtiendrez des objets puissants permettant de battre vos ennemis qui, au passage, sont assez variés, et autant dire que ce jeu n’est pas accessible à tout le monde, car la difficulté est vraiment violente.


J’en ai passé des moments à rager sur ce jeu, et j’ai même voulu le désinstaller tellement j’avais de mal à m’en sortir face à certains boss. Enfin, je vous dis ça, on parle ici de boss standard, je ne vous parle même pas du niveau du boss final, j’y ai laissé mes cheveux! En plus de cela, la difficulté du jeu réside aussi dans les vagues d’ennemis qui débarquent à l’avant, à l’arrière, quand on ne s’y attend pas, et tout cela, dans un temps imparti qu’il faut respecter pour arriver au bout de chaque stage, et ça, ça a tendance à frustrer les plus faibles d’entre nous.

De bonnes idées, et des défauts évitables

En soi, le concept du jeu est vraiment agréable, je me suis vraiment senti à l’aise sur celui-ci et cela m’a rappelé la bonne époque que j’ai pu connaitre par le passé quand j’étais un jeu joueur qui découvrait le concept des mots « jeux vidéos ». On peut s’y adonner seul ou à deux, et comme dit l’expression : plus on est de fous, plus on rit! Et bien, c’est le cas ici encore je dois dire, et ça donne beaucoup plus de force de s’y lancer en multi, car la difficulté en solo donnera facilement l’envie de lâcher l’affaire. Dans l’esprit, car je suis un amateur de beat’em all des temps anciens, j’ai trouvé que la difficulté se rapprochait un peu de celle des Battletoads, qui étaient des jeux extrêmement complexes.


Là où j’ai trouvé que les défauts étaient présents, c’est surtout dans les menus, qui ne sont malheureusement pas bien opérés. On peut facilement s’y perdre, ou ne pas trouver l’information que l’on cherche, alors que c’est normalement une base à respecter avant toute chose au cas où le joueur à besoin de s’y retrouver… Dommage !

Conclusion

Un jeu des plus nerveux, qui demandera beaucoup de concentration et de sang-froid si l’on compte aller au bout. Ce dernier est vraiment un hommage à ce qui s’est fait de mieux dans les années 90, et par l’assistance que l’on a actuellement dans le jeu vidéo, celui-ci aura certainement tendance à en frustrer plus d’un par cette difficulté qui était surtout présente dans les jeux de nos anciennes consoles.

Ma Note : 15/20

J’ai aiméJe n’ai pas aimé
L’esprit déchaîné du jeu.Un menu trop brouillon.
Le style rétro 16-bits.Une bande son pas très marquante.
La difficulté du jeu.
La jouabilité frénétique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :