Test : In Sound Mind

Passé par la phase de preview du jeu, il me fallait tenter sa version définitive pour vous donner un avis concret et précis de ce petit jeu d’horreur qui m’avait vachement plu à ce moment-là. Mais entre la phase de preview et cette version définitive, qu’avons nous eu de plus en apport? Qu’ai-je pensé de ce jeu qui était attendu comme réellement prometteur?

Le son sera votre allié ennemi

Avant toute chose, faisons un rappel du jeu en question. In Sound Mind est un jeu développé par We Create Stuff et édité par Modus Games. Le jeu se présente comme un jeu d’horreur dit psychologique, qui va beaucoup travailler sur des émotions, sur des questions que l’on se pose tout au long de l’angoisse que l’on nous vend durant le jeu. On se retrouve dans un couloir, qui nous emmène vers un flash lumineux aboutissant sur une pièce n’ayant rien à voir, on écoute une cassette audio pour devoir emprunter un chemin sans queue ni tête durant l’écoute de cette cassette… Autant dire que l’on passe facilement du coq à l’âne.


Tout comme ça avait été le cas durant la phase de preview, beaucoup d’éléments déjà présents sont encore là pour rappeler que le jeu joue sur énormément de domaines comme je le disais précédemment, passant aussi bien de l’irrationnel à l’illogique. Le coup du chat qui parle avec la voix d’un être humain, c’est quand même très fort. Maintenant qu’on est sur la trame du jeu, autant dire que j’ai enfin pu comprendre où l’on voulait réellement me mener.

Le personnage principal, du nom de Desmond Wales, se voit attaqué par les souvenirs de ses patients (il est psychothérapeute), alors que sa ville a été totalement dévastée par des évènements surnaturels. Vous le savez comme moi, la vérité est ailleurs!


La progression se fera de manière standard, vous retrouvez les cassettes à écouter, et vous comprenez ce qu’il s’est passé dernièrement dans votre quartier. Ajoutez à cela une société pharmaceutique douteuse, autant vous dire qu’on a vite compris le clin d’œil qu’on nous a envoyé, et qui est tout particulièrement appréciable et apprécié, surtout en vue de la qualité du jeu. Bien évidemment, vous aurez à affronter tout un tas de situation toutes plus effrayantes les unes que les autres, et vous aurez la possibilité de faire évoluer votre arsenal pour parvenir à vos fins tout au long de l’histoire. On commencera avec une fidèle lampe torche, que l’on pourra recharger avec des piles pour éviter qu’elle s’éteigne (salut Outlast!).


Vous aurez également la possibilité de vous défendre, avec des objets tranchants ou plus importants. On peut très bien passer d’un morceau de verre venant d’un miroir cassé à un pistolet, par exemple, et vous imaginez bien que, au-delà de vous défendre, ces objets auront aussi comme but de vous aider à progresser, mais n’en disons pas plus, à vous d’en découvrir davantage.

Une peur intense

Bon, soyons totalement honnête, comme nous sommes sur un jeu d’horreur, l’angoisse est permanente et on va beaucoup jouer sur la réaction du joueur face à ce qui l’attend. Des jumpscares, certes minimes, mais apporté au bon moment et faisant le taff sans problème, des situations de poursuites intenses capable de vous laisser des sueurs froides dans le dos, avec autant de personnages flippant que rageant.

Certains vous poursuivent et vous attaquent de façon frontale, d’autres sont des spectres et peuvent traverser le décor pour vous bloquer au plus dans vos déplacements, mais ce qui m’a le plus laisser une boule dans la gorge, c’est ces appels d’un anonyme qui essaie de tout mettre en œuvre pour attenter à votre vie.


Comme j’avais pu le dire, tout les sens sont mis en éveil pour troubler au plus le joueur, et ça va se ressentir sur les sons mis en place, car on peut entendre n’importe quoi et c’est vraiment perturbant, tout en sachant que le plan visuel y est pour beaucoup également dans ce jeu et aura son effet. Entre altération d’ombre et lumière, le danger peut survenir de n’importe où, et parfois même, une simple statue aura plus d’impact à vous surprendre que de passer un couloir et se retrouver nez à nez avec un monstre.


Il faudra bien évidemment creuser dans ses ressources pour avancer dans le jeu, car la où le développement de celui-ci est intéressant, c’est que l’on aura le cerveau en vrac par toute cette terreur, et qu’il faudra résoudre des énigmes au milieu de tout ce bronx! Ah, les bons souvenirs de Silent Hill pas vrai? Et c’est ça que l’on aime dans les survival horror, et qui fait la différence entre les « jeux d’horreurs » et les grands titres.

In Sound Mind_20210925175605

Conclusion

Une belle licence qui mérite d’être (re)connue pour le travail qui a été réalisé. Je tire mon chapeau façe à ce qui se fait en terme de survival horror, car l’année nous en a apporté des beaux, dont In Sound Mind, qui se détache du lot, et qui est clairement l’un des jeux de cette année 2021 que je vais recommander aux amateurs du type. Différent, angoissant, paralysant, mais aussi déroutant, voilà ce qui vous attend.

Ma Note : 18/20

J’ai aiméJe n’ai pas aimé
L’ambiance générale du jeuTrop court peut être ?
Un vrai survival horror
Une ambiance sonore glaçante
Dans la veine des plus grands

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :