Test : Phantom Abyss

Qui n’a jamais rêvé de jouer les Indiana Jones des temps modernes? C’est chose faite avec l’arrivée de Phantom Abyss! Plongez dans l’univers aussi étonnant que déroutant de petit jeu indépendant qui vous donnera bien du fil à retord. Aventuriers de l’arche perdue, vous êtes attendu au tournant…

Une seule mission, un million de mort possible

Le jeu est assez simple en soi. On nous munit d’un fouet, nous permettant de pouvoir nous accrocher au décor pour prendre de la hauteur, et c’est parti pour récupérer les trésors d’une civilisation disparue. Rien de bien méchant vous me direz, mais détrompez-vous! Il sera plus difficile d’exécuter la tâche qu’il n’y parait.


La séance de tutoriel du jeu est vraiment rapide, et on nous lance dans le bain vraiment rapidement, histoire que l’on ne perde pas de temps et que l’on nous immerge tout de suite de l’ambiance du titre. Généralement, une fois lancé à l’aventure, on ne part jamais seul, et mon conseil sera de suivre les personnes en jeu qui vous accompagne, car cela vous permettra une survie plus assurée… ou pas!


Ce qui est vraiment appréciable dans ce jeu, c’est cette faculté d’avoir fusionné des enchaînements de mouvement similaire à du Bionic Commando pour le grappin, mais également se rapprochant de Mirror’s Edge avec sa façon de se déplacer dans l’espace-temps par des mouvements de glissades, de slide, nous mettant vraiment dans la peau d’un aventurier qui n’a pas froid aux yeux et qui est prêt à affronter tous les dangers.


A chaque séquence de jeu que vous mettrez en route, les possibilités de menez à bien sa run se comptera sur votre dextérité et votre instinct face aux pièges se présentant à vous. Des boulets arrivant du coin d’un mur, des piques sortant du seul, ou encore des pièges de feu, voir tout cela mêlé en même temps, c’est tout ce qui vous attend, et ça n’est qu’une des multitudes de danger auxquels vous allez devoir vous frotter.

Un jeu pas pour les rageux

Plus vous avancerez dans les temples, et plus vous allez en baver. Autant le dire tout de suite, si vous cherchez un jeu où vous détendre, Phantom Abyss n’est clairement pas fait pour vous. Le premier niveau est généralement assez simple à passer. Il pose les bases du jeu, vous invitant à prendre conscience des dangers environnants, mais ne vous empêchera pas réellement d’avancer, sous réserve de votre vigilance.


Si vous arrivez en vie aux second et troisième niveaux, vous verrez nettement la différence. Sachez que chaque temple visité contient son propre gardien, qui augmentera en compétence et en puissance pour vous nuire à souhait, et vous faire perdre votre sang froid et votre patience à petit feu. Ce que je recommande particulièrement, pour espérer obtenir le meilleur résultat, c’est de ne pas se précipiter.


Vous aurez la chance, en fin de niveau, de pouvoir soit sortir du temple dans lequel vous êtes, ce que je préconise lorsque vous débutez, pour garder votre trésor acquis et pouvoir faire quelques améliorations, mais après quelques runs, n’hésitez pas à foncer pour faire face au danger et tenter d’obtenir l’amulette légendaire du temple dans lequel vous vous trouverez. Le chemin sera semé d’embuche, mais quelle satisfaction il y a à aller au bout d’une run.


De plus, ce jeu est vraiment stressant, et c’est pourquoi je recommande aux rageux sans patience de ne même pas essayer de mettre un pied dessus, car vous allez vous en mordre les doigts comme pas deux. On est sur un rogue-like pur et dur en vue à la première personne, donc autant laisser cela aux amateurs du genre plutôt que de se lancer à tombeau ouvert dans un précipice sans fond.

Conclusion

Une découverte vraiment enrichissante dans l’esprit des rogue-like qui font la renommée du genre, il y a du bon temps à passer sur Phantom Abyss, et ce sera d’autant plus amusant à plusieurs. N’hésitez pas à partir à l’aventure entre amis, vous ne regretterez pas le détour, bien au contraire.

Ma Note : 16/20

J’ai aimé Je n’ai pas aimé
Jouer les Indiana Jones.Manque de bande son dynamisante.
Ce nouveau rogue-like à la première personne.Dommage qu’il n’y est que le fouet.
Les déplacements.
La difficulté du jeu.
Le mode multi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :