Test : F1 2021

On y est, une nouvelle année se révèle en jeu pour Formula 1 2021. Alors que la trêve annuelle de la discipline se déroule avant la reprise sur le circuit de Spa en Belgique, il est temps que notre équipe vous parle du nouveau venu de la licence qui fait battre le rythme des pédales et du volant. Prenons la route ensemble, la gomme va chauffer!

Des innovations intéressantes

Alors que nous nous étions quitté sur un F1 2020 qui avait su me ravir, nous recherchons toujours le petit truc qui fera vaciller la balance lorsqu’un nouveau volet arrive sur un jeu de sport. Dans ce nouvel opus de F1, nous avons eu droit a une petite innovation assez sympathique : le mode histoire.


L’histoire du jeu nous fait prendre les commandes d’un pilote qui arrive au sein d’une écurie que vous choisirez. Pour ma part, j’ai choisi de le faire rejoindre l’écurie Aston Martin. De là, l’équipe rivale est désignée, et nous avons du faire face à l’écurie Alfa Romeo.


Le scénario est assez simple, mais reflète le comportement que l’on peut parfois ressentir au travers de ce sport qu’est la Formule 1. Notre champion rejoint donc l’écurie désignée, où un pilote plus âgée se trouve, et de là commence une rivalité interne, menée entre ragots de paddock et incompréhension au sein de l’écurie.


Ce sont donc trois personnages totalement inédit qui font leur apparition dans le jeu, et qui prennent la place de pilotes existant. Encore une fois, en fonction de l’écurie choisie, le remplacement se fera automatiquement. Je dois dire que je ne me suis pas ennuyé dans ce mode histoire, car une bonne dizaine d’heures de jeux sont à prévoir.


La plupart des événements de l’histoire vous feront prendre la course en cours de marche, mais il sera également possible de faire des courses complètes bien évidemment. Tantôt le rockie, tantôt l’ancêtre, vous contrôlerez à tour de rôle chacun de ces deux personnages.


Concernant le jeu en soi, il n’y a pas tellement de changement sinon notable. On retrouve toujours la possibilité de faire sa carrière en tant que nouvelle écurie ou en tant que nouveau pilote, en créant son propre personnage, qui est toujours aussi limité dans le choix du visage. L’aventure peut se faire en démarrant en F2 puis basculant en F1 ensuite après avoir réalisé une bonne saison.


Comme toujours, je recommande de partir sur une écurie de milieu de tableau pour démarrer et pour éviter de se mettre dans l’embarras. De mon côté, j’ai joué la carte de la difficulté car je suis parti chez Williams, mais autant dire que le challenge était au rendez-vous.
Là où des efforts ont par contre été réalisé, c’est au niveau du visage et de l’expression des pilotes existants. Je dois dire que Charles Leclerc est particulièrement réussi, c’est de plus en plus beau au fil des années, et heureusement ! Au prix du jeu, ce serait quand même un comble.

Des bons points, mais …

A défaut d’avoir eu des améliorations notables et de constater du positif dans le jeu, il faut quand même revenir sur les points qui ont pu m’agacer également, et j’y tiens. Commençons par les courses en soi, je sais que l’on tente de nous emmener vers la meilleure simulation possible, mais la perte de contrôle de véhicule est vraiment effrayante lorsque l’on prend certains vibreurs.


Bon, vous me direz, ça peut arriver dans la réalité quand même, mais lorsque l’assistance t’indique où aller et que tu perds le contrôle de ton véhicule alors que tu suis l’instruction qu’on te donne, ça fout les boules. Parlons en de l’assistance justement ! J’ai démarré le jeu en facile pour voir si la prise en main était la même qu’habituellement, et j’ai remarqué qu’une assistance avait été ajoutée pour les nouveaux joueurs.


En soi, c’est sympa, on nous guide dans la direction et dans le freinage, mais c’est vite redondant, et on a tendance à rager très vite sur ce contrôle que l’on a pas finalement, car nous souhaiterions tous pouvoir piloter notre véhicule comme il se doit. Ce qui est très perturbant, c’est que lorsque l’on se positionne sur la difficulté supérieure, c’est tout de suite Beaucoup plus dur… Il n’y a pas de juste milieu.


Sur la saison de Formule 2 par contre, je m’attendais à ce que l’on soit à jour et que les pilotes de la saison 2021 soit déjà présent, et bien non. Pas de Pourchaire pour vous servir mesdames et messieurs, il faudra attendre une année supplémentaire pour que notre nouvel acolyte français rejoigne la partie.


Enfin, je terminerais sur les mobs. Les journalistes, toujours les même, ont des expressions de visage qui se répètent en permanence, ce qui donne envie de passer cette phase très rapidement, et, malheureusement pour le mode histoire, le doublage ne suit pas forcément toujours par rapport aux phrases citées.

Conclusion

On part sur une nouvelle version de Formula 1, y retrouvant les pilotes du moment pour la Formule 1, en négligeant ceux de Formule 2, c’est dommage. Les innovations apportées au jeu lui donne une durée de vie plus importante, oui, mais des efforts sont encore à fournir pour nous combler totalement. Attendons d’avoir les prochaines mise à jour pour voir si la licence sera faire l’effort de rattraper ses points négatifs.

Ma Note : 15/20

J’ai aiméJe n’ai pas aimé
Le mode histoire.Les IA des journalistes.
Les pilotes et graphismes bien travaillés.La Formule 2 qui reste en 2020.
La maniabilité et l’assistance pour les nouveaux joueurs…… Qui fait vite rager.
La difficulté…… Qui en fera fuir plus d’un.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :