Test : Ratchet & Clank – rift apart

Ratchet et Clank, une licence pour laquelle je n’y ai pas rejoué depuis la PS3 , et bon sang que ça fait plaisir ce nouvel opus de la série . Ratchet et Clank Rift apart est un TPS en exclusivité Playstation développée par Insomniac Games et sortie le 11 juin 2021 sur PS5 .

Tout d’abord, les fans de la licence seront heureux de constater que le gameplay de la licence est resté similaire aux anciens épisodes, ce qui rend la prise en mains plutôt facile et rapide. Dans ce cas, comment rendre ce nouvel opus non répétitif ?Les développeurs nous répondent avec des phases de gameplay diversifiés qui changent à niveaux, des nouveaux équipements ( armes , armures , gadgets ), et bien sûr un nouveau personnage personnage jouable qui vient ajouté de la fraîcheur à la célèbre licence de PlayStation qui visiblement ne s’épuise pas avec les années .

Le jeu démarre sur un tutoriel parfaitement intégré à l’histoire, simple, dynamique, et facile à comprendre, en bref un tutoriel comme ont aiment les avoir !Pour le scénario, nous démarrons avec Ratchet et Clank qui assistent à une parade en leur honneur, Ratchet se voit même offrir un dimensionateur, une arme qui permet d’ouvrir des portes vers d’autres dimensions, ce qui pourrait lui permettre de retrouver les autres Lombaxs, ses semblables disparus dans son monde. C’est alors que le terrible empereur Nefarios entre en scène et réussit à voler le dimensionateur, ce qui le rendra défectueux durant sa lutte entre Ratchet et Nefarios ce qui ouvrira par accidents des dimensions qui causeront le chaos dans l’univers. Ratchet se retrouvera par la même occasion séparé de Clank suite à l’ouverture d’une de ces dimensions et devra tout faire pour se retrouver et stopper les plans de l’empereur Nefarios. Par chance, Clank fera la rencontre d’un mystérieux personnage, une Lombax nommée Rivette qui cherche également à stopper Nefarios.

Passons sur un petit résumé des points que je trouve positif.
Le jeu est juste magnifique, il tourne grâce à la PS5 à 60 FPS ce qui nous permet d’apprécier sa beauté dans son design, la finition des textures, son dynamisme et sa fluidité. Les scènes de transitions entre les dimensions sont vraiment époustouflantes ! Une excellente expérience visuelle.

Je vous en ai parlé plus haut dans l’article, chaque niveaux d’une planète à l’autre intègrent des nouvelles phases de gameplay grâce l’aide à l’aide de nouveaux gadgets pour vous proposer de nouveaux moyens pour vous déplacer ou vous battre.

Pour le scénario, que dire à part qu’il est toujours aussi sympathique que les précédents épisodes. Drôle, amusant, dynamique, et qui nous porte un intérêt du début jusqu’à la fin.

La nouvelle fonctionnalité de la manette Dual Sens nous propose un retour de force dans la gâchette R2 afin de varier le type de tir ( balle par balle, rafale … ) utilisé sur chaque arme ce qui rend le contrôle agréable et ergonomique.

Les points négatifs à présent, ou devrais-je dire, LE point négatif, car je n’en trouve qu’un seul. Ce jeu est tellement sympathique que l’on ne souhaite pas qu’il se termine, bien sûr un jeu scénarisé à besoin d’une fin, mais à mon grand regret l’histoire ne se termine qu’après une petite vingtaine d’heures de jeu, ce qui est malheureusement assez court .

Pour conclure, je dirais que l’opération Ratchet et Clank Rift Apart est un grand succès. C’est une très belle exclusivité PlayStation que nous offre Insomniac Games en ce début de vie de la PS5, ce qui j’espère lui vaudra une place parmi les nominés des jeux vidéos de l’année.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :