Quantum Replica – Solid Snake vs Cyberpunk

Malgré la petite communication autour du titre développé par ON3D Studios, j’ai très rapidement jeté mon dévolu sur Quantum Replica. La cause? Probablement la petite patte de Pqube dont on ne vous présente plus les titres. De plus le coktail action/infiltration qui semble être un vibrant hommage au grand Solid Snake était une valeur sûre. Mais ce dernier a t-il vraiment sa place dans l’univers Cyberpunk?

Welcome in 2077!

L’intrigue se déroule en 2084 dans une mégalopole Cyberpunk. Ce monde est gouverné par une alliance une alliance corporatiste impitoyable, le Syndicat. Sous les néons d’une gigantesque métropole, les citoyens luttent pour leur vie en prenant garde aux mercenaires et à leurs maîtres anonymes. C’est là que sont enterrés les pires secrets. Des secrets que vous devez découvrir. Et c’est dans la peau d’‘Alpha’, un justicier qui a tout oublié de son passé que vous devrez mener à bien cette quête!

Comme vous l’aurez compris, le but du jeu est simple: infiltrer cette organisation gouvernementale, déclencher une rébellion et bin entendu passer inaperçu.

Graphisme et gameplay!

Visuellement, on peut dire que malgré le budget serré que devaient avoir les développeurs j’ai été assez agréablement surpris par l’architecture de la ville. Le tout est assez homogène avec des jeux de lumière plutôt réussi et bon nombre de caisses à fouiller mais ce que je regrette le plus c’est en ne pas avoir eu plus de liberté pour explorer d’avantage les cinq zones (réparties sur sept niveaux qui composent le jeu)..Le tout étant signalé par des murs invisibles marquant clairement la limite…

On regrettera donc cet aspect linéaire qui résumera donc l’action dans la plupart des niveaux à: rendez-vous du point A au point B, éliminer toute menace sur votre route (caméra, soldat,…) ce qui vous fera comprendre rapidement de peu d’options de rejouabilité…

Concernant le gameplay, il est plutôt réussi! Le stick gauche sert à déplacer le personnage tandis que le droit permet de changer l’orientation de la caméra qui est assez souple. Via les différentes touches, vous pourrez déplacer des objets,  interagir ou tirer tout en visant. La croix directionnelle sera également utile puisqu’elle vous permettra de sélectionner les différents types d’objets ou de munitions. Clairement, on peut saluer le travail de l’équipe qui nous offre ici un titre assez fluide en terme de gameplay.

Infiltration or not?

L’infiltration sera clairement la meilleure solution afin de progresser tout au long de l’aventure. Lorsqu’un ennemi sera proche de vous, deux choix s’offriront à vous: l’endormir ou le neutraliser (sachez chers chasseurs que l’un des succès/trophées du jeu vous demandera de le terminer sans tuer le moindre ennemi).

Mais petite chose assez appréciable: le système de compétence débloquées au fil des niveaux qui vous permettront par exemple de franchir des sols instables ou de ralentir le temps.

Quelle que soit la voie que vous choisirez, vous n’aurez d’autre choix que de dissimuler le corps avant que l’un de ses compagnons d’infortune ne tombe dessus. A savoir que le jeu dispose d’une IA mi-figue, mi-raisin vous laissant abattre moults ennemis en toute impunité ou au contraire voir déferler sur vous une horde de mercenaires ce qui laissera donc peu de place à l’erreur. Mais qui a donné l’alerte?

Durée de vie!

Même si vous devez vous en douter, le jeu ne vous demandera pas un nombre incalculable d’heures avant de voir le bout du tunnel mais comptez tout de même une petite dizaine d’heures apercevoir le cap de fin. Comptez tout de même le double si vous aimez les défis et souhaitez tenter de jouer la carte de l’infiltration pure et dure ce qui n’a pas été mon cas!

Conclusion!

Malgré une idée intéressante, je conseillerais Quantum Replica aux amateurs du genre. Les codes de l’action /infiltration sont ici respectés mais l’IA capricieuse, la difficulté mal dosée et surtout le manque d’exploration feront de ce titre un Metal Gear low cost. Malgré tout, petit encouragement pour les développeurs qui nous offrent ici un titre assez sympathique à un rapport qualité/prix convenable.

J’AIMEJ’AIME PAS
Un scénario qui tient la routeDifficulté mal dosée
De jolis graphismesLe manque d’exploration
L’IA

Note : 12/ 20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :