Test : GetsuFumaDen : Undying Moon

Je vous propose mon retour sur le jeu « GetsuFumaDen : Undying Moon » édité par Konami et développé par le studio indépendant GuruGuru disponible depuis le 13 mai en Early Acces sur Pc et Nintendo Switch.

Le soft est un rogue-like issu du titre éponyme Getsu Fuma Den, édité également par Konami, qui fut sorti initialement sur Nintendo Nes le 7 juillet 1987.

Après 60 heures de jeu sur ce Rogue-Like, je vous soumets mon ressenti sur mon expérience de jeu, cependant sans aucune révélation de spoiler majeur afin de vous laisser le plaisir de le découvrir si le cœur vous en dit.

Pour une fois, je ne citerais pas un grand philosophe du XXe siècle, Dewey Wilkerson,  » Je ne m’attendais à rien et je suis quand même déçu « , car la surprise fut agréable…

Aiguiser sa lame comme ses reflexes

GetsuFumaDen : Undying Moon fait partie de ces rogue-like qui demanderont de la maitrise et une optimisation sur son « build » afin de progresser rapidement.

Le jeu propose aux joueurs la possibilité de se battre avec deux armes principales ainsi que deux armes secondaires qui seront obtenues de façon aléatoire lors de votre progression dans les niveaux.

Chaque arme pourra être améliorée via un menu en échange de composants afin de la rendre plus puissante. Cependant, les améliorations ne seront actives qu’avec un échange d’âmes dans une boutique à chaque fin de niveau.

Au-delà de l’amélioration de vos armes, votre personnage aura la possibilité de s’endurcir et d’améliorer certaines de ses caractéristiques ( nombre de pv – nombre de potions ect…. ) en échange de composants durement farm à la sueur de votre lame.

Oblitérer de l’Oni sera votre Credo

GetsuFumaDen : Undying Moon se tramant dans le japon féodal, offre donc un bestiaire fourni issu du folklore de cet période.

Onis en tout genre, morts-vivants géants, squelettes maudits ( une bouteille d’huile, du papier toilette, deux éponges et des raviolis… ) seront présents pour embrasser le courroux de votre arsenal.

Durant votre aventure, comme chaque bon rogue-like qui se respecte, la fin de chaque niveau se conclura par un duel face à un boss dont la mise en scène sera très souvent spectaculaire ( c’est pas non plus du Akira Kurosawa faut pas pousser les mails dans les ordis )

Des transformations pour le héros : Getsu Fuma seront disponibles également mais je vous laisse le soin de les découvrir ainsi que la trame narrative qui le pousse à s’enfoncer dans les ténèbres de ces terres désolées.

Direction Artistique et bande son, un résultat bluffant

Une des plus grandes surprises à mon sens fut la qualité des OST , du sound effect et de la direction artistique qui nous plonge dans cet univers sombre mais onirique.

Akihiro Teruta le Producteur Audio est de la partie avec une équipe de musiciens pour offrir une bande son enivrante. ( pour rappel ce monsieur a juste travaillé pour la quasi-totalité des Metal Gear ainsi que le Death Stranding en tant que sound designer )

Conclusion

Konami et GuruGuru nous offrent un rogue-like en Early Acces mêlant défi, narration et beauté.

Cependant, des ajustements seront à prévoir comme le coût des améliorations bien trop élevé qui rallonge la durée de vie de façon artificielle. Le jeu étant en état d’Early Acces, nous pouvons espérer une correction dans le futur.

Une légère lourdeur dans le gameplay est présente également, qui demande un petit temps d’adaptation avant de pouvoir trancher aisément dans le vif pour progresser.

Beaucoup de jeux tirent le côté early acces pour vous proposer un jeu pas fini et souvent dégueulasse, truffé de bugs pour empocher un bon paquet de billets et laisser trainer le tout un moment en se cachant derrière ce statut. Cependant, ici le ressenti est bien différent car à part deux, trois petits problèmes, on a déjà un jeu ( pour 24.99 euros sur Steam par exemple ) fini, jouable et de qualité. ( vu l’état actuel, ma hype pour la version définitive est grandissante vu le travail déjà présent ).

J’aimeJ’aime pas
La difficulté – le défiLe farming pour s’optimiser
Les OST
La DA
Les combats de Boss

Note : MIYAMOTO MUSASHI / 20

Ami(e)s Geeks, prenez soin de vos joysticks !!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :