Test : Returnal

Première gros titre de la PlayStation 5, Returnal nous a été proposé par PlayStation France pour en faire un test. Mais qu’en est-il de ce nouvel ovni qui a beaucoup fait parler pour sa difficulté? Qu’en avons-nous pensé?

Bienvenue dans l’espace

Atropos, voici le nom de la planète qui va vous accueillir à bras ouvert durant votre partie. Le scénario est assez simpliste, on se crash avec son vaisseau, et on essaie de survivre coûte que coûte! L’environnement hostile de la planète sera un gros point noir pour l’héroïne dénommée Celeste, et qui se verra perdre la vie très facilement face à cet environnement. Problème pour elle, une boucle temporelle est en cours, et celle-ci ressuscite à chaque fois durant le crash de son vaisseau, sauf que, entre temps, l’environnement a changé.


Inutile de dire que l’on est vraiment dans une science fiction pure et dure, qui serait même se voir adapter sous forme de film tellement cela se ficèle bien. On commence de façon tranquille, pour finalement faire comprendre au joueur qu’on l’emmène dans une sphère déplacée et inhabituelle comparé à ce que l’on a l’habitude de pouvoir suivre. Au fer et à mesure de vos explorations, vous aurez la possibilité d’en apprendre toujours plus sur le monde dans lequel vous êtes apparu, à l’aide de documents et audios qui vous aideront à comprendre ce qu’il se passe réellement ici bas. Autant dire que c’est une force du jeu, car parfois, on se dit que l’on pourrait recommencer une run pour essayer de trouver de la documentation supplémentaire pour en apprendre encore davantage, c’est du génie.

La difficulté au rendez-vous

Une fois n’est pas coutume, sur un jeu de tir, d’action et d’exploration, il faut que la difficulté soit présente. Trop peut-être? C’est l’un des débats depuis la sortie du jeu sur la nouvelle console de Sony. Beaucoup de joueurs se plaignent que le jeu regorge d’une difficulté bien trop importante, ce qui est malheureux, car ceux-ci ont totalement oublié qu’à la base, la difficulté dans le jeu vidéo existe depuis toujours, et si l’on retourne aux bases du jeu vidéo, on se rappellera que sur Nes/Snes voir MegaDrive, les jeux étaient pour la plupart à faire en une fois à ce moment là, et personne ne s’en plaignait, car c’était normal. Avec le système de sauvegarde automatique actuel, c’est complexe de faire machine arrière dans la tête de certains joueurs.


Cela dit, cette difficulté met à l’épreuve vos sens et les affute grâce à cela. Je trouve cela vraiment ambitieux et très risqué mais tellement plaisant de pouvoir, sur ce jeu, déjà en arriver à bout, sachant que celui-ci détient différentes fins, mais aussi parce que ce sera un challenge vraiment intéressant d’aller chercher le platine sur un jeu tel que celui-ci. N’oublions pas que le concept du rogue-lite est bien évidemment, et avant toute chose d’avoir une difficulté appliqué, lorsque l’on voit des jeux tel que du Dark Souls par exemple ou encore du Bloodborne, on sait que l’on ne vient pas là pour rigoler et que l’on va s’acharner pour arriver au bout de notre envie de battre le jeu. C’est exactement le même cas pour Returnal.

Une jouabilité à toute épreuve

En terme de jouabilité, Returnal s’invite à cette nouvelle technologie qu’est celle de la PlayStation 5, et l’exploite à merveille. Les déplacements du personnages sont très fluides et le rythme est vachement soutenu, permettant, malgré la vue à la troisième personne, une immersion totale du joueur à la place du personnage de Celeste, et on ressent vraiment la dynamique mise en place, surtout dans les phases de combats ainsi que dans les déplacements de manière général (petite pensée toute particulière au Dash qui nous a vraiment plu et laissé admiratif face au travail effectué).


On a fait en sorte également d’exploiter au maximum la Next-Gen dans ce titre également en mettant en avant le 60FPS, qui tourne comme une horloge face à ce titre, et quel régal ! Au niveau des textures, c’est vraiment réussi et nous sommes resté bouche bée devant autant de réalisme. Les graphismes, comme nous l’avons déjà dit, sont tous simplement incroyable, que ce soit dans le paysage abordé ou encore au niveau du bestiaire bien évidemment, on prend vraiment une belle claque. Pour ma part, j’ai trouvé que les graphismes était digne de ce que l’on avait déjà pu rencontrer dans un Super Metroid mais à notre époque et avec notre qualité graphique, et c’est exceptionnel.


De plus, pour faire en sorte que la Next-Gen soit bien utilisée comme il se doit, la DualSense utilise parfaitement ses fonctionnalités. Les gâchettes auront leur efficacité, et vous le ressentirez très rapidement à ce niveau-là, et le retour de force des vibrations vous fera vraiment apprécier cette nouvelle manette.


Petite aparté scénaristique, et nous ne sommes pas les seuls à l’avoir remarqué, mais nous sommes clairement sur un clin d’œil au classique Edge of Tomorrow, et là, ça ne trompe personne.

Conclusion

Un jeu qui rentre en première ligne de la Next-Gen avec l’arrivée de la PlayStation 5, Returnal est un jeu vraiment incroyable à jouer. Comptez entre 15 à 20H de jeux selon votre patience, et prenez un maximum de plaisir avant toute chose pour visualiser à quel point la nouvelle génération de jeu et de console se profile à merveille dans notre société.

Ma Note : 18/20

J’ai aimé :

  • La jouabilité et les graphismes.
  • L’exploitation de la DualSense.
  • La boucle temporelle.
  • Une fluidité incroyable.
  • La PS5 qui utilise toutes ses fonctionnalités.
  • La difficulté.

Je n’ai pas aimé :

  • Un manque de bande sonore mémorable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :