Test NieR Replicant Ver.1.22474487139…

NieR Replicant, édité par Square Enix, sorti initialement le 23 avril 2010 en Europe se voit offrir pour ces 11 ans une remasterisation dans sa version 1.22474487139 le 24 avril 2021 sur PlayStation 4, Xbox One et Pc.

Afin de contextualiser mon test, je tiens à informer que l’éditeur m’a fourni la version Playstation 4 ( merci à eux ). Je vous propose donc mon retour après 70 heures de jeu et 3 fins à mon actif. Afin de permettre aux joueurs voulant le découvrir après la lecture de ce test je ne fournirais aucun spoiler mineur ou majeur.

La saga NieR est la suite de l’une des fins de la saga des trois volets Drakengard qui était disponible sur Playstation 2.

Un visuel un peu daté

NieR Replicant ver.1.22474487139 souffre des mêmes défauts que son grand frère sur l’aspect technique. Durant l’aventure les joueurs parcourront de grands espaces ouverts vides aux textures veillissantes.

Les décors, bien qu’inspirés, ne proposent qu’une faible densité de textures lors des grands espaces ouverts. On parcourt de grandes plaines avec deux voire trois misérables rochers se battant en duel ( aucun risque de voir des baisses de frame rates du à l’environnement ).

Le réel avantage de ces décors épurés est la lisibilité des phases de combat ( aucun risque de voir sa caméra se bloquer dans des textures ).

Un système de combat sans défaut

Précision et nervosité seront les deux points d’ancrage lorsque l’heure de sortir son arme sera venue. Square Enix et Toylogic signent ici un Arpg mettant vos skills de combat à l’épreuve.

La fluidité et la précision de la caméra permettent une parfaite maitrise des phases de combats. Prendre une déculottée par un Boss sera uniquement de la faute du bretteur qui sommeille en vous ( l’excuse de la manette n’est pas admise ici avec une telle précision sur le gameplay ).

Un panel d’armes sera à votre disposition afin de diversifier le gameplay en combat et pouvoir trouver votre style de combat ( bretteur agile, fuyard à la lance pour gérer la distance moulte choix seront disponibles ). Notons également que dès la sortie du jeu un dlc gratuit met à disposition de vos mains des armes issues de NieR Automata.

Le grimoire Weiss rejoindra notre héros dans l’aventure comme compagnon de combat afin d’ajouter la petite pincée de magie qui manque pour rendre le combat encore plus nerveux. ( Tir à distance, gros coup de marteau ainsi que d’autres que je vous laisserais découvrir ).

NieR Replicant ver.1.22474487139… se démarque de son ainé ici car il ne souffre par des sauts de frames rates lors des phases de combats qui pouvaient être grisantes. ( Perdre face à un boss suite à un léger freeze, on oublie ).

Une narration qui prend la poussière

NieR Replicant proposant pourtant plusieurs phases de gameplay ( passant du shoot them up au hack’n slash le soft se montre généreux et sait se renouveler pour ne pas tomber dans la lassitude ) n’arrive pas à trouver du rythme dans sa narration.

La narration se retrouve très vite décousue par des allers-retours dans tous les sens afin de poursuivre l’écriture du scénario.

Le « routing » des quêtes secondaires est un réel plaisir. Il sera temps de préparer votre meilleur cosplay d’agent de livraison en colis si vous souhaitez accomplir toutes ces tâches diverses et variés. ( un certain Monsieur K. pourrait être jaloux du concept au vue de son dernier jeu ).

Une réorchestration onirique

La version de base sortie en 2010 de NieR Replicant proposant déjà à l’époque une ost sublime ici le maître d’orchestre Keiichi Okabe nous propose une réorchestration des pistes d’origine avec un certain talent.

NieR Replicant ver 1.2274487139 propose également de nouvelles pistes musicales inédites. Le soft comme son aîné saura parfaitement sublimer chaque instant d’aventure par ces choix musicaux. Les combats deviennent épiques et les phases mélodramatique larmoyantes.

La redécouverte pour les fans d’ost qui ont voyager d’opus en opus comme Song of The Ancients ( présent dans le Drakengard 3 – NieR Automata – FFXIV dans le raid NieR ) viendront faire briller la corde de la nostalgie.

Conclusion

Square Enix nous propose un Arpg atypique sentant un peu le renfermé mais qui saura faire fi de ces légers défauts par une maitrise sur des points essentiels. Les Ost, le gameplay seront atténués par ces petites phases de frustration Fed Ex.

Les néophytes ne seront pas mis à l’écart sur la compréhension du scénario bien que certaines subtilités peuvent leur échapper si la saga Drakengard ne figure pas à leurs tableaux de chasse.

Les fans retrouveront avec plaisir cette univers si particulier avec des ajouts comme une fin secrète suffisant à elle même la peine de repasser à la caisse mais pour un coût qui à mon sens est un peu excessif.

J’aimeJ’aime pas
Le gameplay maîtriséLes quêtes Fed Ex
Le système de combatLe visuel daté
Les ajouts sur cette version
Les OST
Les OST
et surtout Les OST

NOTE : Song of The Ancients / 20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :