Outriders – Une réussite à la hauteur de son potentiel?

Ayant fait couler beaucoup d’encre depuis son annonce, Outriders, le TPS de Square Enix et People Can Fly (à qui l’on doit Gears Of War Judgement). Au fil des semaines, nous avions pu découvrir le jeu par le biais des différentes transmissions mais aussi une démo (vous pouvez retrouver nos premières impressions ici) qui avait flatté ma rétine mais m’avais aussi incitée à poursuivre l’aventure. Après de longues heures sur Enoch, il est temps de voir si la version finale est à la hauteur des attentes!

Pour mal débuter l’aventure!

En règle général, j’ai tendance à pointer les aspects négatifs d’un jeu mais ici, autant dire dès le départ que le lancement d’Outriders a été chaotique! La cause? Un trop grand nombre de joueurs tout support confondu, mêlé à un ajout day one dans le Xbox Game Pass et une petite pincée de serveurs n’arrivant pas à suivre. Vous obtenez donc un premier weekend assez compliqué en terme de connexion ce qui m’a amené à démarrer l’aventure quelques jours plus tard…

Une surprise de taille pour les développeurs qui ne s’attendaient pas (je pense) à un tel succès dès le départ. Le jeu semblait assez fluide en journée, c’est essentiellement en soirée que le souci a été relaté mais fort heureusement, l’incident a été vite résolu laissant place malencontreusement à d’autres soucis comme la disparition de l’inventaire et autres mésaventures qu’ont subi les explorateurs d’Enoch…

Un scénario basique mais efficace!

Après avoir crée de toute pièce vôtre protagoniste, on en apprend donc un peu plus sur ce dernier mais aussi sur les raisons de ce nouveau départ. Vous êtes un outriders: soldat d’élite à la solde de l’ECA (Autorité de Colonisation d’Enoch) , envoyé sur la dite planète afin d’offrir un second souffle à l’humanité. La terre telle que nous la connaissons n’est plus qu’un lointain souvenir et il était donc temps d’aller voir sil l’herbe est plus fraiche ailleurs…

La population triée sur le volet a été envoyée dans l’espace à bord de deux vaisseaux direction Enoch. Un premier vaisseau atterrira donc sur la planète en question qui semblerait viable et capable d’accueillir nôtre espèce tandis que le second, un vaisseau arche est toujours en orbite. Mais comme vous pouvez vous en doutez, cette première phase d’exploration tourne mal et après avoir affronté une bien étrange tempête et avoir été blessé, vous revoilà contraint à repasser par la case cryogénisation le temps de pouvoir vous soigner…

Un scénario quelque peu banal de prime abord mais les premières séquences de gameplay et les premiers documents que vous trouverez en chemin annoncent tout de même une histoire assez prenante qui m’a incité à continuer l’aventure…

Anomalie en vue!

On reprend donc l’aventure un peu plus de 30 ans après l’incident et on peut dire que ce cadre idyllique a bien changé: cette terre d’apparence nourricière est désormais semblable aux terres désolées du wasteland, une guerre féroce fait rage entre l’armée à divers factions qui sont également composées d’altérés. Ces étrange créatures (dont vous faites partie malgré vous) sont des personnes ayant survécu à ces mystérieuses tempêtes nommées anomalies vous octroyant différents pouvoir que vous pourrez découvrir selon la classe que vous allez choisir…

Pour ma part, j’avais opté pour le pyromage lors de la démo et puisqu’il était possible de reprendre l’aventure là ou vous l’aviez stoppé j’ai bouclé l’aventure en restant sur ce personnage (mais je ne manquerais pas d’essayer les différentes classes dans un futur proche…).

L’enfer c’est la répétition!

Comme toute région désolée qui se respecte, on retrouvera bien entendu divers lieux clos et sombre ou la mort vous attendra paisiblement dissimulée mais d’autres décors assez impressionnants comme des zones enneigées, la jungle ou encore un volcan seront à explorer afin de percer les secrets d’Enoch…

Lors de la démo, j’avais quelque peu reproché au titre cet aspect « couloir » apportant une certaine répétitivité à la progression et malheureusement cette impression ne m’a pas quittée jusqu’au clap de fin. Malgré la beauté des décors, le nombre de zones à explorer est très restreint! Ces dernières sont divisées en sous-zone , elles mêmes divisées en quartiers et autres lieux sans grand intérêt ce qui est vraiment dommage car un semi-openwolrd aurait pu faire toute la différence…

Même constat pour les quêtes annexes qui proposent un loot assez intéressant selon la difficulté peineront à se renouveler, se résument la plupart du temps à entrer dans une zone, annihiler toute forme de vie, retourner au point de départ et toucher votre récompense… Mais ces dernières sont tout de même assez variées allant d’un simple objet récupérer à un contrat de chasse, sans oublier les expéditions qui sont disponibles une fois la trame principale achevée…

Il faut souffrir pour réussir!

S’il y a bien quelque chose que j’avais apprécié lors de la démo, c’est l’absence de choix d’un niveau de difficulté dès le départ (dixit les redondants trophées/succès liés à la difficulté) au profit d’un système de « pallier » augmentant au fil de votre lvl. On peut dire que tout s’est bien passé jusqu’au lvl 15 mais passé un certain niveau, ce qui ressemble à une promenade de santé entre potes peut vite devenir un cauchemar pour les joueurs solo! Fort heureusement, il est possible à tout moment de réduite cette dernière ce qui permet de progresser même si vous avez du mal à boucler une zone mais ce qui implique aussi un butin moins intéressant. S’enrichir ou souffrir, il faut choisir…

Concernant les différentes manières d’améliorer votre personnage et le système de craft, on peut dire que les développeurs ont fait le choix d’apporter à Outriders d’ajouter une petite touche de RPG et on peut dire que cela matche à merveille!

Le loot est clairement le nerf de la guerre. De l’arme principale à une simple paire de bottes, il faudra équiper votre personnage en conséquence des pieds à la tête en espérant glaner de l’équipement épique voire légendaire. Les joueurs de Destiny seront en terrain connu faisant immédiatement la liaison entre les deux titres. Il faudra donc farmer de manière intensive pour obtenir le meilleur équipement possible que ce soit via les cadavres des boss et ennemis, les coffres (parfois bien planqués) disséminés aux quatre coins d’Enoch. Malheureusement, la pléthore de matos que vous pourrez vous procurer passer la seconde moitié du jeu rendra cette activité moins utile tant l’équipement tombera de façon naturelle…

En conclusion!

M’ayant littéralement séduit par la nervosité de son gameplay lors de la démo, Outriders souffle le chaud et le froid dans sa version finale. Je peux saluer l’aspect RPG du titre qui apporte une dimension très intéressante mais la répétitivité des zones et des missions seront malheureusement un frein pour certains. Cependant avec une durée de vie très honorable (comptez 25h environ pour la trame principale) et une idée de base très intéressante, Outriders offrira quand même aux joueurs une très belle aventure qui mérite qu’on s’y attarde en espérant que l’arrivée de DLC permettra peut être à cette aventure addictive malgré ses défauts de gommer ses erreurs passées mais aussi d’apporter la petite dose de nouveautés que chacun attendait…

J’AIMEJ’AIME PAS
L’idée de départ assez intéressanteUne difficulté parfois mal dosée en solo
Un gameplay nerveuxTrop répétitif par moments
Une durée de vie plus que correcteL’absence d’un monde plus ouvert

Note : 16/ 20

Le jeu a été testé sur une Xbox One X grâce à une version presse fournie par l’éditeur. Merci à eux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :