Test : Train Sim World 2

Sillonner le monde et ses recoins à travers les lignes de voies ferrées est vraiment un rêve incroyable à entrevoir. Si en plus de cela, on nous donne les clés pour le réaliser, comment refuser ? Laisse moi te parler de Train Sim World 2, et de ce que propose cette petite merveille…

Bienvenue à bord de votre train

Pour information, Train Sim World été déjà sorti au préalable sur PC, et le portage s’est réalisé cet été sur console de salon. Ayant opté pour un test sur PS4, merci de prendre en considération que je parlerai au nom de cette console.

Au lancement du jeu, une introduction à la prise en main de notre premier véhicule sur rail est proposé. En toute simplicité, une voix suave et agréable nous accompagne dans différentes manœuvres : regarder autour de soi, se déplacer, interagir dans une gare où encore prendre place dans le train, aussi bien en tant que conducteur comme en tant que passager. Autant dire que la liberté que l’on nous laisse est très poussée et réaliste pour que l’on puisse gérer notre partie comme nous le souhaitons. Ce qui m’a marqué pour le coup, c’était de me dire que les décors, et les détails, étaient optimisés de façon à ce que le joueur se retrouve vraiment dans le lieu que l’on souhaite lui présenter. De même, quelle sensation incroyable lorsque je me suis installé à bord de mon premier train comme passager, j’avais le sentiment de prendre place à bord d’un vrai TGV !

Une fois avoir bien fait le tour du train, j’ai quand même décidé de le prendre en main, et de passer aux choses sérieuses : sa mise en route. Pour mon premier lancement, j’ai décidé de faire confiance à la société allemande, et j’ai pris les commandes d’un ICE. Quand j’entendais par le passé parler mes anciens collègues cheminots me dire que ce n’était pas pour rien qu’une formation de 3 ans était mise en place pour être conducteur de train, je comprend mieux pourquoi aujourd’hui ! Il est très complexe de mettre en route un train, entre les différentes commandes qui l’anime, les disjoncteurs à faire sauter et remettre en route ensuite pour changer de type d’alimentation en cours de parcours, les différents leviers permettant les changements de vitesse et mise en place de points morts ou de freinage, c’est d’une complexité à s’arracher les cheveux ! Mais ça reflète bien la réalité des choses, j’avais déjà pu voir l’intérieur d’une cabine, je savais que c’était une usine de touches et armement, mais lorsque l’on décide de s’y mettre soi-même, il y a un fossé.

De plus, ce qu’il faut savoir, c’est que chaque train ou véhicule pris en main aura une maniabilité et façon de conduire différente ! Évidemment, tu ne conduiras pas le métro londonien comme tu vas prendre en main un train à grande vitesse, et c’est totalement logique et compréhensif. Faites comme moi, prenez des notes, c’est le plus simple pour apprendre à tous les avoir en main.

Des décors époustouflants

J’en parlais dans la rubrique précédente, les graphismes ont vraiment été travaillé de façon à rendre la simulation la plus agréable possible. Les gares sont vraiment bien travaillées, il n’y a rien à dire, l’intérieur des trains respire l’agréable, mais lorsque l’on est amené à voyager comme on le fait dans ce type de jeu, c’est bien évidemment les décors extérieurs que l’on va observer le plus, et autant dire que c’est fascinant. On ne se lasse pas de regarder autour de soi les différents décors qui seront à notre vue. On se rend compte que la physique du mouvement a été rendue de manière à ce que le joueur se rende compte de la vitesse du véhicule qu’il a entre les mains face aux voitures qu’il croisera par exemple. C’est vraiment réalisé de manière à te faire prendre conscience de la puissance de l’engin, et c’est extrêmement bien foutu, bravo !

L’ambiance sonore s’invite à table

Ce que j’attendais au tournant sur un jeu pareil, et qui a pour moi une importance cruciale, c’est bien évidemment l’ambiance sonore. Si on te dit que tu vas jouer à une simulation de jeu de train, qu’est-ce qu’on demande en retour ? Que les bruits de celui-ci reflètent ceux entendus en réalité. Et ici, ça marche parfaitement ! On a le droit aux avertisseurs sonores, respectés à souhait selon le pays dans lequel tu te trouves, court ou long bien évidemment, mais les bruits des mécaniques se mettant en place avant le démarrage du train sont bien présents également, ainsi que ces différents bruits que l’on peut entendre en gare, similaires à de la fumée s’échappant du train sont de la partie. Enfin, on prend conscience également de la vitesse du train par le bruit de son déplacement lorsqu’il est en marche, et qui accentue la simulation dans ses moindres recoins.

Conclusion

Un jeu axé sur la simulation de la conduite des trains mondiaux, petits ou grands, qui demandera de nombreuses heures à quiconque voudra se lancer dans une conduite parfaite par sa complexité d’exécution. On se rapproche vraiment de la simulation parfaite ici, c’est juste incroyable.

Ma Note : 18/20

J’ai aimé :

  • Prendre en main un train de A à Z.
  • La qualité graphique générale.
  • Les différents réseaux ferroviaires proposés.
  • Découvrir le monde.

Je n’ai pas aimé :

  • Une complexité à ne pas laisser entre toutes les mains.

Bonus : LGV Méditerranée : Marseille – Avignon

Et comme une nouvelle n’arrive jamais seule, j’ai décidé de vous parler un peu plus en détail du dernier DLC connu sur Train Sim World 2, la ligne à grande vitesse Méditerranée, reliant Marseille à Avignon.

Bienvenue en gare de Marseille Saint Charles

C’est donc sur les quais de la belle ville de Marseille que nous attendrons de prendre les manettes de notre tout premier TGV de la SNCF. Que de souvenirs pour moi, ayant fait parti de la maison durant un temps, autant dire que je pensais que ces trains n’auraient aucun secret pour moi… C’était mal les connaître ! Autant, leur intérieur et leur habitacle, c’est mon dada, autant dans la manipulation de l’engin, je me suis senti aussi nu qu’un ver.

Pour revenir à la gare en soi, j’ai trouvé l’espace de celle-ci relativement soigné, comme pour les autres gares et quais déjà visités au préalable avec les autre trains à notre disposition. Quand j’ai vu ensuite arriver le train en lui-même, j’ai été émerveillé de voir qu’il s’agissait d’un TGV duplex série 200, l’une des plus belles bêtes de la SNCF à l’instant où l’on se parle. C’est impressionnant de voir à quel point la reproduction à l’identique a été respectée, pour faire de ces instants de voyage un plaisir à l’état pur. Passons dans le vif du sujet à présent, et voyons ce qui a été apporté dans cette extension !

104 kilomètres de rails

La plus grande ligne jamais recréée dans Train Sim World 2, c’est bien celle-ci du coup ! Et autant dire que, ayant voyagé sur cette ligne par le passé, on est vraiment sur de l’identique pur et dur ! Je suis vraiment bluffé par les performances qu’apporte ce jeu en la matière, on a vraiment l’impression de voyager dans les conditions réelles et de suivre la vraie ligne.

Durant ce trajet sur ces plus de 100 kilomètres à explorer, ce ne sont pas moins de 24h de jeu qui s’offrent à nous, passant par divers scénarios plus ou moins intéressant, mais mettant toujours en situation le conducteur pour qu’il s’adapte au mieux à la situation à laquelle il devra faire face. C’est d’autant plus excitant, car la ligne de TGV Marseille Avignon est reconnue justement pour être une ligne qui rencontre très souvent des turbulences, que ce soit des ralentissements, mais également des problèmes techniques. On sera dans la peau de cet employé de la SNCF qui se fait crier dessus malgré le fait qu’il fait le possible pour manipuler au mieux son bolide ! Heureusement qu’on entend pas les clients râler, ce serait un comble.

Un mode de création jouissif

Alors pour moi, la partie la plus intéressante du jeu, ça a été de créer mon propre duplex. Quel bonheur ! Je dis pas que remettre des trousses de soins à disposition Ou des cartes routières était inintéressant, mais que ça n’était pas forcément ma plus grande joie. Par contre, monter son propre duplex, avec son service personnel, ça c’est quand même nettement plus classe ! La création se fait de façon crescendo, dans un détail similaire à ce dont on a droit depuis le début du jeu, c’est à dire proche du réalisme complet. Dans l’esprit d’un Kerbal Space Program, tu te sens vraiment géant une fois que ton train est prêt à prendre la voie des rails, et c’est un plaisir inexplicable, il faut y jouer pour comprendre ce ressenti.

Conclusion

La découverte de cette première ligne francophone est un succès. On parcoure le sud sur un axe plus qu’agréable à pratiquer, et le fait de se savoir aux commandes d’un train de notre compagnie ferroviaire nationale est tout de même une fierté sans nulle pareille. Espérons que d’autre extensions du TGV sont à prévoir, avec des axes aussi intéressants. Un Lille-Paris peut être une bonne option, ou encore, à plus petite échelle, du Montpellier-Perpignan.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :