Test : Empire Of Sin

Tu vois, j’ai toujours rêvé d’être dans la peau de la famille Corleone ou Soprano, savoir ce que ça fait d’être un baron de la mafia et de gérer ce type de réseau. Et si je te disais que c’est possible ? Empire Of Sin te propose de réaliser ce rêve complètement fou, où se mêle l’odeur de l’alcool de contrebande et des balles qui fusent en pleines rues. Bienvenue au XXe siècle, bienvenue dans le monde de la mafia…

Il était une fois en Amérique

C’est donc de l’autre côté de l’atlantique que se déroule l’action de ce jeu. Au beau milieu des années 1920, période à laquelle la prohibition est en plein essoré aux États-Unis, on nous donne la possibilité de rentrer dans la peau d’un mafieux pour commencer à bâtir son empire. Comme j’ai moi-même des origines Sicilienne, je me suis dis autant me rapprocher au plus du personnage qui me parlerait le mieux, j’ai donc décidé de partir avec Alphonse Capone, dans les vagues de l’océan déchaîné qu’est celui de la mafia. Bon, avant que le jeu se lance, prenons en compte le nombre de personnages que l’on peut incarner, qui est quand même assez conséquent, ce qui donne au jeu une durée de vie plus importante bien évidemment. Pour éviter que ce jeu soit mal considéré , et bien évidemment en vue du contexte dans lequel celui-ci se déroule, le jeu propose bien évidemment de jouer également des femmes, pour que l’équité soit présente, et il n’y a pas non plus de malaise sur l’ethnie, au contraire, nous pouvons aussi bien incarner des asiatiques, que des purs américains ou encore des anglais voir écossais. Au-delà du physique ou de la renommée du personnage que l’on souhaite jouer, il faudra bien analyser les capacités de chacun, qui permettront de pouvoir s’axer différemment en fonction de notre propre personnalité. Certains auront par exemple plus d’influence sur la création de l’alcool de contrebande, d’autre permettront de mieux gérer les négociations dans leur discussion par leur charisme. Encore une fois, en fonction de comment vous préférez jouer de manière générale, vous trouverez forcément chaussure à votre pied. Une fois ta décision prise, direction l’Amérique qui se cherche, et qui vit une guerre contre toute cette corruption…

Je vais lui faire une offre qu’il ne pourra pas refuser

Comme j’ai pris Al Capone pour ma part, c’est à son arrivée en ville qu’on que l’on me débarque. Je ne sais pas si la mécanique est la même pour tout les personnages, mais ce qui m’a tout de suite frappé, et c’est pour moi un élément clé du jeu, c’est la phase de dialogue entre les personnages. Le choix que tu feras en dialoguant avec tel ou tel personnage répercutera ton ampleur et ta réputation par la suite. Autant dire qu’il vaut mieux se laisser guider par son instinct pour être sûr d’arriver à ses fins. Autre point important, et non des moindres, notre personnage pourra se faire accompagner par ce que j’appellerai des bras droits ou sbires, qui seront tes compagnons de voyage pour t’aider durant tes différentes missions. À savoir qu’en fonction de ce qui s’effectuera durant les phases d’échange ou de combat, ces personnages seront à même de se voir évoluer dans leur domaine. Également, si ceux-ci subissent des dégâts critiques, ils ne seront pas disponible durant une certaine période. À toi de gérer au mieux leur état de santé ! De plus, tout le monde ne s’entendra pas forcément avec son voisin, ou au contraire, certaines affinités permettront justement d’avoir des affiliations spécifiques qui permettront une combinaison parfaite au combat. C’est tout un système de gestion qui se met en place pour devenir le parrain idéal, entouré de l’équipe la plus solide qui soit.

Combat de parole et échange de coups

Avant de se lancer dans la bagarre, certaines personnes pensent que la solution de l’échange de parole est important. Aussi, il sera parfois question de ruser pour obtenir des accords avec une autre famille de la mafia, ou, à l’inverse, les négociations pourraient aboutir sur un bain de sang. En soi, le système de combat est plutôt intéressant. Un tour par tour pour lequel la vue à 360 degrés a été instauré, et qui combine différentes options : attaque classique à larme à feu, corps à corps, recharger… Certaines armes à feu, comme le fusil à pompe, auront des variantes comme le fait de pouvoir faire des dégâts de zone. C’est très bien réfléchi et très intelligemment trouvé, bravo ! Les récompenses de combats m’ont d’ailleurs rappelé divers jeux, notamment Dead Island que j’ai pu refaire dernièrement, car certaines armes obtenues seront plus ou moins rares, et de ce fait dévastatrice, avec un système de code couleur pour permettre de les différencier au mieux.

La gestion des comptes

Comme toute famille de la mafia qui se respecte, il faudra bien évidemment gérer son patrimoine, et cela passe bien évidemment par la corruption, comme par le rapport de force. Il faudra bien évidemment s’imposer dans les différents quartiers de la ville et se faire respecter, parfois par le biais de stratagème, parfois en forçant la main à de simples bandits, en les délogeant du bâtiment dont ils auront pris possession. Ces différents bâtiments dont on pourra prendre possession seront des sources de revenues, aussi bien pour payer les types qui bossent pour nous que pour faire tourner le business. On parle là de créer ses propres bars, hôtels, casinos ou encore distillerie, sans compter les bars un peu plus exotiques et érotiques. Toute cette organisation demandera à être gérée par une main de fer, solide et sans pitié pour que se perpétue le travail qui aura été accompli jusque là.

Conclusion

Si tu es amateur de la mafia de façon générale, tu y trouveras clairement ton bonheur. L’univers des années 20 qui fait fantasmer les plus grands vidéastes ouvre ses portes en grand pour gérer au mieux sa propre organisation, et nous faire devenir le prochain Tony Soprano virtuel du XXIe siècle.

Ma Note : 18/20

J’ai aimé :

  • La complexité du jeu par sa gestion complète.
  • La mafia dans toute sa splendeur.
  • Les différentes stratégies établies pour devenir le meilleur.
  • La prise en main des déplacements et combats très fluide.
  • Incarner Al Capone.
  • Une durée de vie inépuisable.

Je n’ai pas aimé :

  • Des bugs de collision toujours présent malgré des grosses corrections déjà apportées.
  • Tourner vers un public plutôt adapté.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :