Test : Moons Of Madness

S’occuper d’une station orbitale sur Mars, c’est bien. Être confronter à des obstacles par la même occasion? C’est mieux! Entre recherche et vision fantomatique, Moons of Madness est un jeu qui sait se montrer aussi audacieux que vicieux. Mais qu’en est-il de cette nouvelle réalisation développée par Rock Pocket Games? La réponse est sur la planète rouge…

 

maxresdefault-1

 

A l’heure du confinement spacial

 

Notre histoire débute dans une situation plutôt stressante. Un personnage se réveille dans sa chambre, l’obscurité est au rendez-vous et l’ambiance est plutôt angoissante. Après quelques minutes, on apprend que ce bon vieux Shane Newehart, le personnage que l’on incarne, est un peu l’homme de maintenance et le technicien de la station Invictus. Il s’occupe de l’entretien des portes, de boire du café accompagné de bons donuts loin de la Terre, jusqu’à ce qu’un message étrange lui parvienne, et que l’histoire commence à prendre un peu plus de sens. Bon, on n’est pas sur un scénario trop ouf jusque-là alors, mais ce concept qui constitue ce jeu est celui des grands jeux d’horreurs de ces dernières années. On est basé sur un mécanisme qui se rapproche d’un Soma/Outlast, où l’on n’a vraiment pas de quoi se défendre, juste bien faire attention aux alentours pour éviter de se faire prendre dans un piège. Ce qui m’a aussi plu dans ce jeu, et qui m’a renvoyé quelques années en arrière, à l’époque où l’on se chiait dessus entre potes, c’est cette façon d’amener des bruits perturbants, où des apparitions façon Slenderman, où tu ne t’attends pas à être dérangé et qui te fait perdre subitement pied, voir la vie. Combien de fois j’ai dû recommencer certains passages parce que je me suis laissé avoir par des erreurs d’inattentions, ou encore parce que j’ai voulu aller trop vite ! Clairement, il faut prendre tout son temps, et se contenter de bien observer ce qui se passe autour de toi. Une passerelle qui s’écroule alors que tu fonces dessus, c’est con, une anticipation en prenant son temps, c’est mieux ! L’heure sera à la surprise dans ce jeu, à l’angoisse permanente de tomber nez à nez avec une monstruosité venue de l’espace, ou qui aura pu contaminer l’un de tes compagnons. Pour ma part, ça me va!

 

 

Une ambiance très particulière

 

On se rend compte très vite que la mise en scène du début de jeu, ce qui nous sert réellement d’introduction, n’était pas le fruit de l’imagination de notre héros ni même un mauvais rêve. Plus tu avanceras dans le jeu, plus tu te rendras compte que l’ambiance malsaine que l’on connaît de notre science-fiction fera très souvent son apparition, au risque de nous poser à la réflexion, ne sachant pas si notre personnage devient fou ou si le jeu est d’une tout autre complexité dans sa recherche scénaristique. On nous mêle une parfaite combinaison de l’angoisse que cela peut être dans un lieu qui nous est inconnu, à savoir ici dans l’espace, et plus particulièrement sur la planète Mars, qui sera se révéler être gorgée de mystère. Entre les grottes obscures où l’on se retrouve face à des aménagements dignes de la Terre, les interrogations autour des éclipses solaires ou encore les apparitions spectrales et monstrueuses, autant dire que l’on ne sait jamais trop quoi penser, et que l’on n’est jamais vraiment à l’abri du danger. S’ajoute à cela le danger de ne pas pouvoir respirer sans sa précieuse combinaison lors de sorties sur la planète, et que les arrivées d’oxygène ne sont pas toujours monnaie courante si tu viens à te promener sur le sol rouge. En soi, cette ambiance est vraiment pesante et oppressante, ce qui est à mon égard un vrai plus pour un jeu digne de ce nom, surtout qu’à ce jour, énormément de jeux d’horreurs sortent mais n’arrivent pas à trouver le petit plus qui fera la différence, et c’est tout trouvé à travers l’univers que dégage Moons of Madness.

 

 

De l’ambiance, oui, mais…

 

Comme je viens de l’expliquer en rubrique précédente, oui il y a une certaine ambiance, et c’est vachement efficace. Cela dit, j’ai trouvé quelques points noirs au tableau, après ça ne tient qu’à moi bien évidemment, mais je devais vous en faire part. Tout d’abord, au niveau du placement des touches qui seront utilisées pour jouer, je ne trouve pas ça logique d’utiliser R2 pour courir, là où l’on utilise habituellement L3 par exemple, ce qui est beaucoup plus facile car on est sur le même axe que celui utilisé pour pouvoir se déplacer. De même, R3 n’est clairement pas pratique pour faire face aux obstacles où il faut se baisser, surtout quand tu es nettement habitué à rond et que tu es poursuivi par un monstre hideux de l’espace. Encore une fois, ça ne tient qu’à moi, mais ça m’a grandement perturbé! De même, le fait de n’avoir que très peu d’ambiance sonore au-delà des différents dialogues et des effets sonores utilisés pour faire sursauter le joueur est vraiment un comble à manquer. C’est dommage, il y aurait pu avoir quelque chose de plus travailler à ce niveau! Je ne dis pas que c’est absent, on entend bien qu’une certaine bande musicale a voulu être interprétée, mais elle ne casse pas trois pattes à un canard non plus, et ça, c’est dommage.

 

 

Conclusion

 

Un bon jeu d’horreur qui sait foutre les chocottes quand tu en as besoin et qui te donne l’envie d’aller au bout, Moons of Madness se voient doté d’un potentiel technique parfaitement maîtrisé au niveau graphisme, même si quelques faiblesses rectifiables peuvent parfois venir gâcher la simulation. Cela n’en fait pas pour autant une mauvaise licence, au contraire, mon avis est bien évidemment d’en parler autour de moi pour qu’un maximum de personnes puisse y jouer à leur tour. Toi aussi, tu en seras l’acteur?

 

Moons of Madness_20200401123742

 

Ma Note : 16/20

J’ai aimé :
– L’ambiance froide et pesante
– La durée de vie
– La découverte de Mars
– Les phases intérieures/extérieures

Je n’ai pas aimé :
– L’attribution des touches
– Le manque de bande sonore

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :