Test : Disgaea 4 Complete +

Loin d’imaginer qu’une telle licence pouvait exister, c’est à corps perdu que je me suis lancé dans ce test de Disgaea 4 Complete + . Bonne surprise ou titre passable? La réponse dans les prochaines lignes…

 

Switch_Disgaea4_1200x675-1024x576

Made In Japan

Dans ce jeu, j’ai retrouvé une catégorie bien spécifique et qui me parle beaucoup. On peut clairement dire qu’il est un jeu Made In Japan, et ça se ressent dès les premières minutes, les premières images. Avec ses personnages à la fois kawaï et son esprit manga/anime, Disgaea ressemble à beaucoup de ses confrères. Comme on le ressent très vite dans le jeu, les jeux de mots et l’humour sont tout droit sortis d’esprit japonais, mais le mieux c’est quand même de vous lancer à votre tour pour découvrir cet esprit si particulier et totalement déjanté. Pour ma part, j’ai pris le pli très vite et me suis adapté à cet humour de second degré qui m’a aidé à accrocher rapidement et à m’imbiber du scénario très vite. Ce que j’ai beaucoup apprécié, au-delà de cela, c’est que les doublages sont en anglais, et j’ai eu le sentiment de reprendre les commandes d’un tour par tour où je serais très inspiré rapidement. Et même si ce jeu n’est pas comparable mais se rapproche de Disgaea, j’ai ressenti la même approche que lorsque j’ai fais l’aventure ProjectXZone sur 3DS. D’après ce que j’ai acquis d’autres sources sur la toile, il s’agit là d’une troisième édition de ce titre, et les deux premières étaient déjà de beaux bijoux en terme de richesse graphique, mais surtout de contenu, toujours plus impressionnant à chaque fois. Si je devais donner un avis personnel, et objectif, je dirais que ce Disgaea 4 est déjà très réussi sur un point particulier, c’est son histoire. Chaque personnage se verra doté de sa propre identité, et revenir sur le passé de chacun aidera à comprendre le comportement, la façon d’être et de réagir de chacun des héros que l’on pourra jouer. Certains auront une histoire très profonde, et l’on cherchera surtout le sentiment du joueur, en transmettant des émotions, et c’est plutôt bien joué. Après vérification sur le net, de nombreuses scènes ont été ajoutées pour donner à la durée de vie une dimension différente et permettre au joueur d’être vraiment au cœur d’une aventure qu’il se verra finir après une longue et périlleuse aventure…

 

Entretien avec un vampire

Comme tu l’auras compris donc, c’est autour d’un vampire que sera axée principalement la story board de ce jeu. Celui-ci se nomme Valvatorez, et a été nommé instructeur dans les Enfers. Ce dernier a décidé de repousser le sang humain, dont il ne veut plus, déjà de là tu te dis OK façon Saitama, et se délecte de son nouveau précieux repas qui est… la sardine. Double OK! Celui-ci vit dans un monde bleu et féérique, et veut aider les humains qui n’ont pas encore expié leurs fautes dans les Enfers, aussi renommés les Prinnies. Valvatorez vit aux côtés de son fidèle serviteur, Fenrich, un loup-garou qui organise le planning de son maître pour que ce dernier ne soit pas perdu. Un jour, les deux complices découvrent que les pseudos pingouins augmentent considérablement, et vont mettre la main à la pâte pour découvrir ce qui se manigance derrière tout cela. Et là j’ai envie de te dire, mais qui a pu imaginer une histoire pareille? Qui a eu l’idée de mélanger autant de fantaisie dans un seul et même univers? Toujours est-il que, ces éléments-là associés ensemble, ça marche, et ça marche plutôt pas mal même! Finalement, quand tu t’es habitué à voir des hommes cohabiter avec des chocobos ou encore des pampas, tu te dis que tout est possible, et on ne se sent pas surpris trop longtemps, bien au contraire. Les personnages sont vraiment très attachants, n’hésitant pas à se tailler quand l’occasion se fait ressentir, à s’envoyer des vannes à la face sans convention collective, c’est énorme! En soi, c’est vraiment Valvatorez qui mène la danse et autour de lui se goupille l’histoire principale, mais une valeur est vraiment apportée à chacun des membres de l’équipe qui sera aux côtés de notre anti-héros, ce qui apporte vraiment quelque chose de particulier. Il ne s’agit pas d’un héros, mais d’une communauté qui se voit évoluée ensemble tout au long d’une histoire ficelée de façon à surprendre, à faire sourire, et à suivre une aventure vraiment hors du commun.

 

Conceptuellement bon

Basé comme un Tactical RPG, le nombre de manœuvre réalisable pour mener au mieux la bataille fera de Disgaea 4 Complete + une référence incontournable. Bien que le champ de bataille soit parfois un carnage et que l’on ait l’impression de ne plus s’y retrouver, il y aura toujours un moyen de savoir où l’on en est. Les mouvements des caméras suffiront à remettre de l’ordre dans toute cette pagaille, et il sera possible de maîtriser le combat à sa guise. Ce que j’ai beaucoup apprécié dans ce jeu, c’est que l’on a vraiment une liberté très riche dans les combat. Déplacement, tactiques de combats, mais également la possibilité de s’en prendre à l’adversaire avant la fin du tour, voilà qui est judicieux! Je m’explique : Tu te déplaces sur l’adversaire, et tu peux déjà l’attaquer alors que ton tour n’est pas encore terminé. Franchement je dis respect, car c’est astucieux, et ça permet de prendre de l’avance sur le prochain tour et s’organiser sur un adversaire, de prendre de l’avant en l’affaiblissant pour lui être fatal en anticipation. De plus, il y a énormément des sorts et de combos possibles et réalisables entre les différents personnages, ce qui amène parfois de magnifiques scènes très travaillées, très distinguées, et ça donne énormément de peps à la bataille en cours. Je ne vais pas aller plus loin dans mes explications du système de combat, j’aurais peur de te spoiler, mais franchement c’est très réussi.

 

Disgaea 4 Complete+_20191113213840

Conclusion

Disgaea 4 Complete + m’a vraiment marqué et touché. Le contenu est très riche, d’où le petit plus du titre que je comprends beaucoup mieux à présent, et de toi à moi, si tu aimes le Tactical RPG, tu peux y aller, tu auras de nombreuses heures devant toi avant d’en arriver à bout !

 

Disgaea-1-Complete-Prinny-at-your-orders-Dood-1280x720

Ma Note : 17/20

 

J’ai aimé :
– La fluidité des combats
– L’histoire
– L’humour à la con
– La richesse à tout les niveaux

Je n’ai pas aimé :
– Pas grand chose à dire vrai …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :