Test : Children Of Morta

Amoureux de Diablo-like recherchant des donjons à la difficulté sidérante, ce jeu vous ira à merveille. Children Of Morta, c’est le jeu qui me fait vibrer en ce moment. Entre son côté rétro dans le graphisme et sa jouabilité, ce jeu est vraiment indispensable de tout amateur du genre qui se respecte…

Children-of-Morta-Banner-1280x720

 

Un jeu addictif

 

Tout comme ses grands frères avant lui, Children Of Morta a ce petit quelque chose que l’on retrouve dans les Diablo-Like qui te donnent envie d’aller plus loin. Je pense que c’est ce côté Die&Retry qui donne envie d’aller plus loin, sincèrement. Au début, pour ma part, ça a été vraiment frustrant de mourir en permanence et devoir me relancer à chaque fois au début du donjon que je venais de faire, sachant en plus que le donjon change de forme quand tu y reviens, mais au fer et à mesure de son aventure, on y prend goût, on se voit évoluer et on veut vraiment casser du monstre, d’autant plus que les personnages qui viennent compléter le staff sont tous différents et plairont à chacun. Mais encore une fois, et on ne va pas se le cacher, quand j’ai commencé à tester le jeu, j’ai quand même éteint la console deux fois avant de me dire « aller, cette fois je vais au bout », et c’est sans regret à présent. Ce petit côté familial qu’est celui des Bergson est très agréable à suivre également. Il y a une belle histoire instaurée autour de chacun des membres de la famille, et des interactions des uns envers les autres. Il y a de la rivalité, de la complicité, mais surtout, un grand lien qui unit tous ces personnages et qui fait la force de cette famille hors norme. J’ai également trouvé cela intéressant d’axer l’histoire autour du fait que cette famille en question est un pilier face aux menaces sur la Terre, et que ceux-ci viennent en aide à ceux qui se retrouvent dans le besoin, et ce n’est pas peu dire. Pas mal de donjon proposeront des cinématiques où il faudra sauver un groupe surpris par des monstres avec au moins un blessé dans le lot, ou encore sauver un louveteau d’une mort quasiment certaine. C’est assez sympathique, ça à ce petit côté conte pour enfant qui passe tout seul et qui se veut intéressant. Et une fois de plus, étant un amoureux de rétro gaming, je ne pouvais pas passer à côté de cette licence, à l’ambiance très grossièrement pixelisée qui me fait totalement vibrer.

 

Peu d’arbres mais beaucoup de reliques

 

Comme le dit cet intitulé, il y a peu d’arbres de compétences pour les personnages, et un tronc commun est mis en place pour Grow Up toutes les capacités des héros, que ce soit l’esquive, le pourcentage de dégâts des reliques trouvées… Mais ce n’est pas plus mal me direz-vous, car ça évite de partir dans tous les sens et d’aller à l’essentiel principalement. Chaque membre de la famille aura son arbre de compétence, qui seront ses pouvoirs à débloquer au fer et à mesure des niveaux gagnés, et qui sera très facile à remplir, à hauteur de 2 à 3 nouvelles compétences par paliers atteints. L’idée a été de pouvoir faire un personnage compétent rapidement, et qui sera lutté contre un grand nombre d’ennemis ou contre des boss toujours plus féroces les uns que les autres. En complément, et c’est l’essence de ce jeu, les reliques sont vraiment nombreuses et le stuff trouvé dans les donjons également. Tout cet arsenal que vous avez sous la main peut se trouver de différentes manières : sur des stèles, en tuant des ennemis, en fouillant des cadavres ou encore en résolvant des énigmes. N’oublions pas de citer également qu’un marchand peut également apparaître dans le donjon dans lequel vous êtes en train de progresser pour vous proposer de l’artillerie lourde. On est sur un très bon système, qui fonctionne à merveille, et qui fait de chaque donjon une expérience unique, car attention, à chaque fin de donjon, vous perdez tout l’équipement récolté au préalable. Donc méfiance, et courage!

 

Une belle narration

 

Portée par une voix chaleureuse, l’histoire de la famille Bergson est continuellement mise sur le devant de la scène. La plupart des cinématiques parlant de la famille ont lieu dans la demeure de la famille, et se déclenchent soit automatiquement après un certain nombre d’essais dans un donjon, qu’il soit réussi ou pas, soit par action du joueur, qui n’aura qu’a appuyé à l’endroit prévu pour, pour voir une petite cinématique d’une minute maximum d’un ou plusieurs membres de la famille. Cette narration est également importante car elle permet de faire avancer l’histoire secondaire, autour de laquelle il sera possible d’agir par des quêtes annexes, et ainsi débloquer certains trophées cachés. Eh oui, si tu veux le platine, tu as plutôt intérêt de suivre toute l’histoire comme il se doit, sinon c’est mort. En tout cas, on en apprend toujours davantage à mesure que l’on avance, et autant dire que l’on s’attache vraiment facilement à ce courage et valeureuse famille. On se sent vraiment intégré, imprégné de l’ambiance dans laquelle ces membres vivent, car il sera possible de voir ce que chacun fait, comment il interagit dans le domicile, et on y trouvera forcément son personnage de référence à travers ces scènes de détente, qui sont très appréciables entre deux donjons.

 

Conclusion

 

Chaleureux dans le jeu comme dans l’histoire, Children Of Morta a une carte à jouer dans les Diablo-like de sa génération. Permettant une jouabilité facile à prendre en main et une difficulté renversante, il sera remettre en question les joueurs pensant s’en sortir facilement dans un cadre bien connu.

test-de-children-of-morta-sur-ps4-xbox-one-switch-et-pc-9228

 

Ma Note : 18/20

 

J’ai aimé:
– Le côté pixelisé
– La simplicité de la jouabilité
– L’histoire de la famille
– La prise en main agréable

Je n’ai pas aimé :
– Le bestiaire trop léger
– Vite répétitif

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :