Test : Warsaw

Oubliez tout ce que vous savez, oubliez les jeux de guerres où l’on se fonce dedans en incarnant un Américain ou un anglais aux bras pouvant porter un bazooka sans problème. Là, on parle d’un jeu de stratégie, d’un tour par tour où l’on joue la résistance polonaise en 1944. Nous sommes à Varsovie, et il est temps que l’ennemi soit repoussé, de l’intérieur.

 

Warsaw-01102019-Image1

Prenez place à l’histoire

 

Avant tout, il faut savoir que Warsaw s’inspire de faits historiques réels. La résistance polonaise, aussi appelée Armia Krajowa, met en place une action militaire connue sous le nom de « Action Tempête », qui aura pour but de déloger l’occupant nazi. Ce mouvement débuta le 1er août 1944, et c’est à cette date précise que débute le jeu. L’action débute avec 3 résistants : Jadwiga, spécialiste des premiers soins, Krzysztof, expert d’armes à moyenne et longue portée, et Kazimierz, professionnel de la munition de contrebande et des armes à cibles multiples. Le but est très simple, mais tellement efficace. On se retrouve avec une vue de dessus des rues en ruine de Varsovie, complètement annotée en polonais, un très bon point je dois dire! Des points d’action sont mis en place pour que le joueur puisse interagir dans ses déplacements, et diverses actions sont réalisables au fil de la traversée de la ville. On passe de la rencontre d’autres résistants permettant de récupérer des munitions à l’affrontement avec l’ennemi, qui se jouera donc au tour par tour. Un système subtil et complexe, car il faudra bien jauger et gérer son équipe, composée au maximum de 4 résistants par mission, car chacun à sa spécificité et se verra plus ou moins efficace en fonction de l’ennemi en face. En effet, il existe un pourcentage de réussite de toucher lors des actions utilisées pour combattre l’ennemi. À noter, et j’adore cela, les résistants parlent en polonais durant leurs actions, tandis que l’ennemi parle en allemand, et c’est un gros plus à tous les niveaux, on respecte l’œuvre et l’histoire jusqu’au bout. Au-delà de ce qui a été cité précédemment, il existe des phases à choix multiples où des mises en situation ont lieu, et différentes options seront proposées. Cela peut aller de l’assassinat d’un otage à l’utilisation de la force pour lui sous-tiré un maximum d’informations sur l’avancée des troupes avec lesquelles il opère. Cela peut apporter du butin, ou encore des items.

Une richesse technique et une réalisation fine

 

Autant dire que l’on a pensé à tout pour se mettre dans les conditions de la guerre, et que la moindre petite balle s’avèrera aussi précieuse que le moindre rat qu’un poilu aurait pu manger. Ouais, je sais, ce n’est pas la même guerre, mais tu m’as compris. Sachez que chaque personnage utilise une arme différente, comme je le disais précédemment, soit à courte, moyenne ou longue distance. Selon ces armes, les munitions sont différentes, évidemment, comme dans toute arme bien sûr, mais il faudra vraiment faire en sorte de gérer leur utilisation car cela se montrera une denrée relativement complexe à trouver au fer et à mesure de l’avancée dans le jeu. Et plus le jeu avancera, plus l’ennemi se montrera efficace également et difficile à affronter. Ce qui est plutôt logique vous me direz, sinon, quel intérêt? On va passer de l’affrontement contre de simple soldat, à des colonels et généraux un peu plus gros bras, accompagnés de leurs chiens qui sont de véritables saloperies, jusqu’à affronter des véhicules lourds. Donc oui, on ne va pas faire dans la dentelle, mais telle est la réalité de la guerre. La technique du jeu s’axe sur un plateau en tour par tour, constitué de 4 cases en longueur contre 2 en largeur, sur lesquelles vous affronterez vos ennemis. Selon l’emplacement de chacun, et selon l’arme entre vos mains, il sera plus ou moins compliqué de toucher et d’avoir un taux de réussite importante. Mais tout a été réfléchi évidemment, et il est possible de se déplacer en combat pour choisir un axe de tir différent, ce qui permettra de se mettre dans une position plus confortable, ou encore de se mettre à couvert si la situation l’exige. Chacun des protagonistes que vous jouerez se verra doté de 4 capacités, qui seront très spécifiques et vraiment importantes. C’est là aussi où le jeu se différencie d’autres licences du même genre : aucun personnage n’est à négliger parce qu’il est plus ou moins fort, non, chacun à sa place et se doit d’être au moins une fois dans la liste des 4 combattants partant sur le front.

 

Une ambiance pesante

 

Enfin, et pour rappeler le contexte dans lequel on se situe, des mises en situation sont plutôt poignante. Vous avez la possibilité d’humilier vos adversaires et otages en les torturant, et l’histoire du jeu, qui, encore une fois, n’est pas sans rappeler des faits historiques, ira frapper là où ça fait mal pour montrer au joueur que cette guerre a été la plus destructrice à tous les niveaux : sur le plan de l’infrastructure, mais également sur le plan humain, où chacun y a perdu une part plus ou moins grande de soi-même, que la vie de chaque être de cette planète a été bouleversé par la folie de plusieurs hommes qui ont décidé de montrer leur toute-puissance, tout en mettant en danger des populations n’ayant rien souhaité, et en réalisant le plus gros génocide jamais connu.

WARSAW_new_scr_029

 

Conclusion

 

Warsaw est une franche réussite, une belle découverte et surtout un jeu ambitieux, par sa façon de procédé, par son esprit enseignant mais surtout pour représenter un peuple qui a énormément souffert durant la Seconde Guerre mondiale, et qui était pris entre deux flancs. Mon chapeau est tiré devant ce coup de maître.

Warsaw

 

Ma Note : 17/20

 

J’ai aimé :

– Le récit historique un peu méconnu
– Les phases de combat
– Les tenues respectées d’époque
– La noirceur apportée

Je n’ai pas aimé :

– Le manque d’animation lors des batailles
– La bande son un peu monotone

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :