Test : Erica

Comme il est bon de jouer à des jeux à effet papillon. Tout comme pour rappeler un certain Until Dawn avant lui (ou elle), Erica se retrouve mis en avant depuis quelques jours pour une raison simple : c’est vous qui allez impacter le destin de chacun. Et pour vraiment s’imprégner de l’ambiance et de mettre le joueur au maximum de la simulation, le jeu est couvert… Par des acteurs en chair et en os!

Erica_20190826231957

Une histoire plaisante mais rapide

Erica, c’est avant toute chose l’histoire d’une jeune demoiselle qui cherche à découvrir ce qui a poussé une personne à s’infiltrer chez elle étant plus jeune pour abattre son père de sang-froid. Le début du jeu nous met en situation lors de son enfance, où cette dernière se remémore des souvenirs qu’elle a pu vivre avec son père, et qui auront un sens tout particulier tout au long de la trame à venir.
Le fond du jeu est très bon! Avoir sélectionné des personnes réelles plutôt que du numérique révèle une réelle envie de passer à l’étape suivante avec l’utilisateur : être maître et acteur du film qu’il visionne, ou du jeu auquel il joue. C’est là que beaucoup de monde pourra se réunir autour de tels jeux, car les cinéphiles comme les hardcores gamers pourraient se retrouver sur le même pied d’égalité en basculant sur ce genre de simulation.
Les réalisateurs ont décidé de se focaliser sur un scénario plutôt rapide à terminer, mais d’une efficacité imparable. L’intrigue est au rendez-vous, ainsi que la surprise et la mise en avant de l’inédit. On pourrait croire que l’histoire est bateau et ressemble à n’importe quelle autre au premier abord, mais on ne sait pas sur quel pied danser durant la première phase de mise en place, tellement ce thriller s’avère énigmatique. Pour ma part, j’ai vraiment été pris dans la spirale et je recommande vraiment de découvrir ce jeu pour l’histoire mis en avant. Et bien que celui-ci ne serait pas le nom que l’on verrait en tête d’affiche un dimanche sur la TNT, on se laisse facilement prendre au piège et on veut vraiment savoir quelle sera la suite de l’histoire, tout en dévoilant les fragments du passé.

Il fallait bien commencer quelque part

Pas du premier choix dans la sélection des acteurs, ni même en matière de graphismes et effets spéciaux, mais on pardonne sincèrement lorsque l’on voit le travail qui a été réalisé pour que ce jeu soit un divertissement intéressant et jouissif. Comme dit dans l’intitulé, il fallait bien commencer quelque part, et c’est très intéressant de se lancer dans ce thriller aux choix tous plus intéressants les uns que les autres. Lorsque l’on se lance dans une partie où l’on veut en savoir un maximum, il faut bien compter un minimum de cinq heures pour aller au bout de l’intrigue, ce qui reste assez court en soi encore une fois, mais le fait de pouvoir recommencer le jeu pour varier les décisions et voir tout ce que ce thriller peut amener en terme de possibilité lui donne une durée de vie bien plus importante que ce qui a été établi de base.
L’ambiance du jeu a ce petit quelque chose que l’on retrouve dans les thrillers de base, à savoir que l’univers est assez sombre en soi. Les phases tournées en plein jour sont assez rares, laissant place à beaucoup d’obscurité, comme pour rappeler le meurtre qui a eu lieu en début de scénario. Ensuite, et c’est là que l’on comprendra que l’histoire est assez obscure, on remarquera que tout est réuni pour donner place à une affaire policière. Entre meurtre, rituels, visite de bâtiment similaire à un hôpital psychiatrique, on nous plonge vraiment dans l’ambiance d’un polar pur et dur.
Suivre le personnage d’Erica et l’aider à mettre les points sur les i durant cette intrigue à un côté poignant, car la jeune fille à des traits de caractère relativement faible, et selon vos choix, sera se révéler être la même du début à la fin, ou devenir redoutable et se transformer en femme sans scrupule.

La pression est mise

Au-delà du simple polar et comme expliqué précédemment, le but du jeu sera vraiment de faire sa propre histoire en prenant les décisions pour le personnage. Seulement, certains passages du jeu ne laisseront que quelques instants de réflexion pour décider du sort de son héros, et cela peut porter à confusion pour la suite. En effet, une fraction de seconde pour prendre une décision peut totalement changer l’histoire, et si la décision n’est pas prise rapidement, le choix de ce qui doit être exécuté est fait de façon aléatoire. Autant dire que l’on met une certaine pression sur les épaules du joueur pour le déstabiliser, et le confronter à des situations où celui-ci serait capable de commettre des erreurs changeant totalement sa simulation.
L’idée d’avoir exercé cette pression particulière au travers de ce thriller palpitant permet au joueur de vraiment s’imprégner du personnage au maximum, et de se mettre à sa place. Si l’on compare ce jeu à d’autres sorti avant lui, on peut dire que là, et grâce à cette merveilleuse idée d’avoir choisi le film interactif, on se sent vraiment dans le jeu, car les acteurs nous y invitent à cœur joie. Ce qui est d’autant plus déroutant, car chaque expression de visage, chaque mimique, aura un impact également sur les décisions à prendre. Autant dans un jeu standard, avec une intelligence artificielle, on peut prendre des décisions à l’aveuglette, autant avec de vrais acteurs, on s’imagine à leur place.

Conclusion

Erica sort son épingle du jeu, et propose un thriller interactif qui est vraiment intéressant pour le coup. Son prix, plus qu’abordable, est un bon prétexte pour s’y attarder ne serait-ce que pour faire la trame qui vous intéresse. Il faut l’essayer au moins une fois, mais qui dit essayer, dit forcément l’adopter.

Erica_20190822203958

Ma note : 15/20

J’ai aimé :
– L’histoire a effet papillon
– L’immersion dans le jeu
– Le prix plus que correct
– L’obscurité de ce thriller

Je n’ai pas aimé :
– Le choix de certains acteurs
– Le manque d’ambiance musicale

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :