Test : Warhammer Chaosbane

Présenté en cette année 2019 comme un hack’n’slash révolutionnaire, Warhammer : Chaosbane est apparu dernièrement sur nos consoles, pour le plus grand plaisir des amateurs du genre et les fans de la licence. Mais pour autant, Chaosbane est-il l’élu qui sera se démarquer de ses concurrents directs? Serait-il le meilleur jeu de Games Workshop réalisé jusqu’à présent? En avant pour dévoiler ensemble le nouveau venu de cette grande famille à succès.

image

Une prise en main simple et efficace

Comme tout hack’n’slash qui se respecte, la simplification a été mise en avant sur ce nouveau jeu édité par les studios BigBen Interactives, surtout à la manette, où l’on s’y retrouve très facilement, pour une jouabilité simple et permettant des heures de jeu relativement convaincantes. Admettons-le, la prise en main se fait très rapidement, avec un didacticiel qui permet de se lancer dans l’aventure très rapidement. Seulement voilà, le problème étant que ce genre de système, on le connaît déjà, et bien que l’on trouve une certaine forme d’enthousiasme dans ce nouveau jeu tournant autour de la licence Warhammer, on connaît déjà les mécanismes d’un tel jeu lorsque l’on a pu faire Diablo pour ne citer que lui. Malgré tout, si c’est une première expérience du style, il y a de quoi faire et s’éclater pendant des heures durant.

Une diversité intéressante

Malgré tout, et bien que ce jeu soit semblable à ses confrères du genre, celui-ci apporte sa petite touche personnelle avec une base carrée et propre à l’univers très dark-fantasy de Warhammer. En soi, les classes proposées ne sont pas nombreuses mais relativement variées, amenant une véritable complexité quant au choix tellement celles-ci sont intéressantes. Et tout comme ces classes, le bestiaire est assez révolutionnaire, apportant ce côté découverte du monde de Warhammer un peu inconnu du grand public, qui connaît surtout la licence pour ses figurines de base. Et pour revenir justement à ces figurines, le bestiaire présent dans le jeu reflète parfaitement les figurines, même si celles-ci ne sont pas toutes présentes, la prise de risque a fini par payer. Le choix des décors se retrouve très bien réalisé également, rien n’est à redire sur la partie graphique mais, encore une fois, on se retrouve plus proche d’un Diablo à la vue de ce jeu, laissant penser à un air de « déjà vu ». Malgré toute cette diversité présentée, on est loin d’un jeu suivant une ligne directive permettant de se plonger dans une histoire sans précédent. En effet, et bien malheureusement, le choix du personnage de base vous fera voir une cinématique différente à chacun, ainsi qu’à la fin du jeu en outro, mais la simulation reste la même selon que vous choisissiez un nain ou un elfe. Petit point négatif, mais le jeu est tellement bon dans d’autres domaines que l’on ne peut pas lui en vouloir sur ce simple détail. Pour petit rappel historique de la licence, ce jeu se situe durant l’ascension de Magnus l’empereur, part de l’histoire de Warhammer très peu abordée jusqu’à présent.

2018-10-08-1

Un lot de compétences (très) vaste

Pour ma part, le gros point négatif à la création du personnage réside sur le fait que vous n’aurez aucune main mise sur la personnalisation de votre héros, et c’est vraiment dommage, car le hack’n’slash a en général cette particularité de laisser transparaître une forme de plaisir permettant au joueur de se laisser guider et faire un personnage lui ressemblant physiquement. Là où les choses varient, c’est réellement sur la personnalisation des sorts de votre personnage. En effet, chaque joueur aura la possibilité de choisir un nombre de sorts et de compétences tellement exceptionnel que la simulation sera vraiment différente d’un joueur à l’autre. Non seulement, les arbres de compétences sont vraiment riches et variés, c’est incroyable d’en voir autant, au point de se casser la tête pendant de nombreuses minutes pour savoir ce qui sera le plus intéressant selon le personnage que l’on souhaite avoir au final, et c’est peut-être un peu trop d’ailleurs, mais c’est là surtout que se trouve la plus grande richesse de ce jeu, en plus du prochain point dont nous allons parler.

Un mode multijoueur très réussi

Voilà où se trouve la vraie force de ce jeu, le mode multijoueur. Pourquoi à ce niveau? Et bien, tout simplement car il est bon de se poser à plusieurs pour faire un donjon, la simulation et la jouabilité n’en sont que décuplées, d’autant plus qu’il est possible de jouer à quatre personnes maximum sur une partie locale. Alors préparez-vous à réaliser des soirées entre potes dynamiques et un bon pack de bière car là, c’est vraiment le moment se faire de belles nuits blanches où les Boss auront du souci à se faire face à une horde de geek pleine d’énergie qui n’aura qu’une envie : broyer ses ennemis à coups de haches et de flèches.

Warhammer Chaosbane_20190622185306
Warhammer Chaosbane_20190622185306

Conclusion

On a vraiment droit à un hack’n’slash qui déroule au niveau de la jouabilité, avec des graphismes et décors surprenants, qui offre une certaine satisfaction à la découpe de horde d’ennemis arrivant en trombe, mais qui ne se démarque pas non plus forcément du lot en soi. On retrouve bien l’esprit du Diablo Like, mais ce sentiment, comme j’ai pu le citer, de « déjà-vu » n’entraîne pas à vouloir se projeter des heures durant sur ce jeu. La simulation se fera longue si, en effet, on décide de faire le jeu en multijoueur, où il est plaisant de se rappeler qu’une bonne vieille partie manette à la main avec ses amis est un bon moment de bonheur partagé. Autre petit point qui vient conclure ce test dont je n’ai pas parlé, un gros effort est à revoir au niveau du doublage qui est, soyons transparent, vraiment horrible…

Ma note : 14/20

J’ai aimé :
– La prise en main simple et rapide
– Les décors et le bestiaire
– Le mode multijoueur
– La variabilité des classes

Je n’ai pas aimé :
– Le manque de scénario
– Vite répétitif
– Chaque personnage identique physiquement

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :